Métro

De moins en moins de jeunes Canadiens exercent un emploi à temps plein, selon une nouvelle analyse de données publiée lundi par Statistique Canada.

Cette tendance ne signifie toutefois pas que davantage de jeunes se retrouvent au chômage, mais indique plutôt que ceux-ci optent de plus en plus pour des emplois à temps partiel, précise-t-on.

De la fin des années 1970 au milieu des années 2010 — soit du début de 2014 au troisième trimestre de 2016 — le taux d’emploi à temps plein chez les hommes de 17 à 24 ans a connu une baisse allant de 9 à 24 points de pourcentage dans toutes les provinces canadiennes, à l’exception de Terre-Neuve-et-Labrador.

Chez les femmes, la prévalence d’emploi à temps plein est passée de 58 pour cent à 49 pour cent sur la même période, soit un recul oscillant entre 8 et 15 points de pourcentage dans les quatre provinces les plus peuplées du pays — le Québec, l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique.

À ce chapitre, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador se démarquent, alors que le taux d’emploi à temps plein des femmes de ces provinces a plutôt augmenté de 5 à 10 points de pourcentage.

Si Statistique Canada dévoile de nouveaux chiffres, la tendance rapportée lundi a commencé à être observée depuis la fin des années 1990, indique-t-on. Contrairement à ce que certains pourraient croire, la baisse des emplois occupés à temps plein chez les jeunes ne peut être attribuée à la récession de 2008, souligne-t-on.

Par ailleurs, les moins de 25 ans ne sont pas les seuls à être touchés, relève Statistique Canada. C’est aussi le cas pour les Canadiens âgés entre 35 et 54. Les femmes de cette tranche d’âges sont toutefois épargnées.

Parmi les jeunes travailleurs qui font exception à la règle en travaillant 30 heures par semaine ou plus, bon nombre d’entre eux sont embauchés à titre d’employés temporaires. Ainsi, la proportion de travailleurs temporaires de moins de 25 ans au Canada, qui était de sept pour cent en 1989, est aujourd’hui évaluée à 24 pour cent.

Chez les femmes, la proportion a bondi de 8 à 26 pour cent sur la même période.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!