MONTRÉAL — Un homme arrêté après une cavale meurtrière dans l’est de Montréal et accusé de deux chefs de meurtre prémédité fera l’objet d’une évaluation psychiatrique pour déterminer s’il est apte à subir un procès.

Frédérick Gingras, âgé de 21 ans, a aussi été accusé, mardi, de deux chefs de tentative de meurtre avec une arme à feu.

Il a comparu par vidéoconférence, et son avocat a réclamé une évaluation dans un hôpital psychiatrique.

Des documents de cour identifient les victimes comme étant Chantal Cyr, une femme de 49 ans tuée lors d’un vol de voiture dans le stationnement d’une station d’essence, et James Jardin, un homme dans la vingtaine trouvé mort dans un logement.

L’accusé a été arrêté, tôt lundi, à Brossard, en Montérégie, à la suite d’une longue poursuite en voiture.

Frédérick Gingras sera de retour en cour le 16 décembre, mais l’évaluation dans un hôpital psychiatrique pourrait prendre jusqu’à 30 jours.

Dans l’intervalle, l’accusé s’est vu interdire de parler avec les proches des victimes.

«C’est une mesure préventive, a dit la procureure de la Couronne, Catherine Perreault. Il ne s’agit pas de personnes qu’il connaît spécifiquement, mais nous voulons nous assurer qu’il n’y a aucun risque avant son retour.»

Mme Perreault a affirmé que d’autres accusations pourraient être déposées.

Dans une entrevue à la station de radio montréalaise 98,5 FM, mardi, la mère de l’accusé avait affirmé que son fils souffrait de problèmes de santé mentale, de psychose et de consommation de drogue.

Elle a soutenu que son fils avait été violent avec elle il y a quelques semaines et qu’après deux semaines d’hospitalisation, il avait été libéré sous caution le 16 novembre en dépit d’enjeux sérieux de santé mentale.

La mère de l’accusé a affirmé qu’un médecin avait réduit ses doses de médicaments, entraînant de nouveaux problèmes.

Lors de l’entrevue, elle a offert ses condoléances aux proches des victimes, et a dit avoir été ébranlée en apprenant à la télévision ce qui s’était passé, lundi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!