Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Donald Trump est, de l’avis de l’ancien premier ministre canadien Brian Mulroney, un parfait gentleman.

Le président désigné des États-Unis a recueilli bien des épithètes depuis son entrée fracassante en politique, mais jusqu’à mardi soir, «gentleman» ne faisait pas partie de la liste.

M. Mulroney l’a qualifié ainsi alors qu’il répondait aux questions d’un petit groupe de journalistes réunis à l’ambassade de France à Ottawa. L’ambassade tenait une cérémonie, mardi, en l’honneur de M. Mulroney qui a été nommé Commandeur dans l’ordre national de la Légion d’honneur.

Assis dans un petit salon, quelques minutes avant la cérémonie, l’ancien politicien a tenu une conversation à bâtons rompus avec quelques journalistes qui lui ont demandé son avis sur l’élection de Donald Trump et son opposition au libre-échange.

L’ancien premier ministre a applaudi l’homme, qu’il connaît depuis plus de 20 ans, pour son succès financier et parental.

«Pour moi, ça a toujours été un gentleman. Il est le père de cinq enfants. Il n’y en a pas un là-dedans qui fume, qui boit, qui prend de la drogue. Rien. C’est des enfants merveilleux», a noté M. Mulroney.

«Pour moi, si quelqu’un est en mesure de faire 10 milliards $ puis d’élever cinq enfants comme ça, il y a du bien là-dedans, beaucoup de bien», a-t-il jugé.

Lorsque les journalistes lui ont rappelé les propos méprisants à l’égard des femmes que M. Trump a tenus par le passé, M. Mulroney les a d’abord mis sur le compte des excès de campagne politique.

«Moi, j’ai connu avant cette campagne-là, et pendant 20 ans, 25 ans, un Donald Trump qui est un gentleman. Moi, j’ai tendance à faire la part des choses dans les campagnes électorales, surtout des campagnes à la chefferie, où on dit des conneries régulièrement», a-t-il offert à la défense du prochain président américain.

Les journalistes lui ont alors rappelé que les commentaires de M. Trump sur les femmes ont justement précédé sa vie politique. C’est là que M. Mulroney a repris l’excuse décriée lorsque cette affaire a fait du bruit pour la première fois; il a qualifié le tout de «conversation de vestiaire».

«C’est des commentaires, des phrases complètement inacceptables. Mais ça a été mentionné avec Billy Bush dans un climat de détente et les deux rigolaient, puis, « locker room talk », hein?», a-t-il justifié.

«Ce n’est pas pour le pardonner que je dis ça. Mais le Donald Trump que j’ai connu, lui et sa femme, c’est un gentleman. Il se comporte toujours avec dignité et respect quand on le croise», a-t-il encore insisté.

M. Mulroney, par ailleurs, n’est pas inquiet pour l’avenir de l’ALÉNA, un legs de son passage à la tête du pays. Si M. Trump s’en prend à cet accord de libre-échange, ce n’est pas le Canada qu’il vise, assure M. Mulroney.

«Lorsque Trump, dans la campagne électorale, donnait des coups de Jarnac à l’ALÉNA, j’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une attaque généralisée contre le problème que soulève pour lui le Mexique. Il ne parlait pas du Canada», a-t-il avancé.

Et puis, il ne voit pas de mal à renégocier cet accord de libre-échange qui a été signé à une époque où «il n’y avait pas d’internet».

«Il y a tellement de choses qui se sont succédé depuis ce moment-là. (…) Alors c’est normal que les parties veuillent se rencontrer pour renégocier certains aspects», selon lui. De toute manière, il est convaincu qu’au bout de l’exercice, les Américains reconnaîtront que cette entente est «également à leur avantage».

Rappelant ses rapports personnels avec Ronald Reagan et avec George Bush père, M. Mulroney a insisté sur l’importance de relations personnelles pour le succès des affaires d’État. Et il a prédit un rapprochement certain entre Justin Trudeau et Donald Trump. «Ça va finir par une amitié», a-t-il dit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!