Sylvain Ryan

Le Québec est la deuxième province où les taux de cas de conduite avec facultés affaiblies déclarés par la police sont les plus bas au pays, selon des données de 2015 publiées mercredi par Statistique Canada. C’est l’Ontario qui affiche les plus bas taux au Canada.

Les policiers ont déclaré en Ontario, en 2015, 111 cas de conduite avec facultés affaiblies (par l’alcool et la drogue) pour 100 000 habitants. Au Québec, ce taux est de 184. Ces deux provinces se situent sous le taux national global, qui s’élève à 201 cas par 100 000 habitants.

La Saskatchewan est la province qui affiche le plus haut taux au pays (575 sur 100 000). Les Territoires du Nord-Ouest (1211) et le Yukon (1210) devancent toutefois de façon importante les provinces.

Au pays, ces taux sont plus faibles dans les régions métropolitaines de recensement (RMR). Statistique Canada met en évidence que 50% des cas de conduite avec facultés affaiblies déclarées par la police sont survenus dans les 33 RMR du pays alors que ces territoires représentent 70% de la population canadienne. Ces données pourraient s’expliquer, selon Statistique Canada, par une offre de transport en commun limitée en dehors des RMR et par les distances à parcourir qui y sont plus longues.

En 2015, les services de police au pays ont déclaré 72 039 affaires de conduite avec facultés affaiblies. Pas moins de 122 cas ont causé la mort et 596 ont causé des lésions corporelles.

Comme il ne s’agit que de cas déclarés par les policiers, il n’est toutefois pas possible de dire si ces chiffres correspondent au nombre réel de personnes qui prennent le volant après avoir consommé de l’alcool ou des drogues. Les taux peuvent être influencés «par les pratiques d’application de la loi, comme les barrages routiers», note Statistique Canada.

Au Québec
Des six régions métropolitaines de recensement (RMR) au Québec, c’est celle de Saguenay où le taux de conduite avec facultés affaiblies (alcool et drogues) est le plus élevé, avec 217 cas sur 100 000 habitants. Suivent Trois-Rivières (203 cas), Sherbrooke et Gatineau (181 cas chacune), Québec (165) et Montréal (145). À Sherbrooke et à Trois-Rivières, ces taux ont chuté, de 24% dans le premier cas et de 15% dans le deuxième, comparativement à l’année 2014.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!