MISSISSAUGA, Ont. — L’explosion d’une maison qui a causé la mort de deux personnes et forcé l’évacuation des habitants de 69 résidences à l’ouest de Toronto, l’été dernier, était intentionnelle, et due à un double suicide.

Les corps de Robert Nadler et de Dianne Page, qui étaient tous deux âgés de 55 ans, avaient été retrouvés dans les décombres de la maison de Mississauga, en Ontario.

L’explosion avait projeté des débris sur les domiciles avoisinants.

Les lignes d’approvisionnement en gaz naturel du système de chauffage de la maison avaient été déconnectées, ce qui a mené à l’accumulation de gaz avant que l’explosion «intentionnelle» ne surviennent, le 28 juin, ont indiqué les enquêteurs.

La police n’était pas en mesure de dire ce qui a mis feu au gaz, mais a précisé que les deux victimes étaient vivantes lors de l’explosion et ont succombé à un traumatisme majeur causé par les déflagrations.

Les enquêteurs ne savent toutefois pas quel motif les a poussés à s’enlever la vie, mais n’ont pas exclut les autres scénarios possibles.

La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, a affirmé que 33 familles sont toujours hébergées dans des foyers temporaires. Leurs résidences ont dû être démolies vu les importants dommages qu’elles ont subis.

Les notes manuscrites qui avaient été retrouvées sur les lieux auraient été écrites par Mme Page, croient les enquêteurs. Ils ont toutefois ajouté que l’analyse de la calligraphie avait été peu concluante.

M. Nadler était impliqué dans une dispute avec son frère au sujet de la propriété immobilière de la maison qui a explosé, ont affirmé les enquêteurs. Il demeure toutefois flou si cette querelle avait un lien avec l’explosion dévastatrice.

Un témoin aurait par ailleurs dit à la police que les deux victimes souffraient du cancer et qu’elles n’en avaient plus pour longtemps à vivre. Les autorités n’ont toutefois trouvé aucune information pouvant appuyer cette thèse.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus