Archives/TC Media

L’ex-policier Alain Juneau, qui devait répondre à deux dossiers d’agressions sexuelles en 2017, a été retrouvé sans vie le 1er janvier dernier. Le Bureau du Coroner confirme la tenue d’une enquête pour déterminer les circonstances de son décès.

Âgé de 56 ans, Alain Juneau, résidait à Rimouski. Il devait répondre à deux accusations d’agressions sexuelles, l’une à Matane et l’autre à Schefferville, cette dernière émanant de l’enquête du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) portant sur les plaintes de nature criminelle déposées par des femmes autochtones à l’endroit de policiers.

« Monsieur Alain Juneau, 56 ans, résident de Rimouski, est décédé le 1er janvier. Son décès est actuellement sous investigation par un coroner et toute information quant aux causes probables et aux circonstances de son décès sera contenue dans le rapport du coroner, qui sera rendu public au cours des prochains mois », confirme la porte-parole du Bureau du Coroner, Geneviève Guilbault.

Au mois d’aout 2016, de nouvelles accusations avaient été portées, à Matane. Il faisait face à divers chefs, notamment, d’agression sexuelle, d’avoir, à des fins d’ordre sexuel, touché une partie du corps d’un enfant âgé de moins de 14 ans ainsi que d’avoir, invité, engagé ou incité un enfant âgé de moins de seize ans à le toucher.

Le 15 novembre, il a été arrêté à son domicile de Rimouski et accusé d’agression sexuelle et de voies de fait contre une personne alors qu’il portait, utilisait ou menaçait d’utiliser une arme. Il devait comparaitre les 11 et 19 janvier, à Matane et Sept-Îles dans ces affaires.

Alain Juneau a notamment œuvré au poste de la MRC de Matane durant sa carrière policière.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!