Photo: TC Media - Archives La ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade

MONTRÉAL — La Commission de l’éthique en science et en technologie se dit menacée et exhorte le gouvernement du Québec à combler ses six postes vacants.

Sa présidente a interpelé lundi la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, quant aux «dédales administratifs» qui font piétiner le renouvellement de ses membres.

Édith Deleury, dont le propre mandat est expiré depuis deux ans, a signalé par communiqué qu’une liste de candidats avait pourtant été transmise il y a plusieurs mois.

L’organisme indépendant a pour mandat de conseiller la ministre Anglade afin de mieux encadrer le développement technoscientifique.

La Commission s’est déjà penchée sur les défis éthiques que posent la transplantation d’organes, l’usage élargi de psychotropes, la procréation assistée, les banques de données génétiques ou encore l’intelligence artificielle.

Aussi professeure émérite à l’Université Laval, Mme Deleury souligne que la Commission doit travailler en amont de l’innovation, mais peine actuellement à s’acquitter de sa tâche.

«Ne sachant pas si je serai encore là demain matin, il y a des choses que je n’entreprends pas», a-t-elle illustré, en entrevue avec La Presse canadienne.

La transition s’annonce d’ailleurs difficile, a-t-elle ajouté, alors que la secrétaire générale de l’organisme a finalement quitté, après avoir repoussé à maintes reprises son départ à la retraite.

«Le Québec a la chance de pouvoir compter sur un organisme compétent et peu coûteux, puisque reposant essentiellement sur des experts, qui agissent à titre bénévole, pour apporter des éléments de réponses à ces questions cruciales», avait écrit Mme Deleury à l’intention de Mme Anglade et du premier ministre Philippe Couillard.

Elle réclame que les nominations soient à l’agenda du prochain conseil des ministres afin d’amorcer l’année avec une commission efficace et de poursuivre son analyse du développement de villes intelligentes.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!