MONTRÉAL — Après l’Alberta, c’est au tour du Nouveau-Brunswick d’annoncer une hausse de son salaire minimum, alors que la décision, au Québec, se fait toujours attendre.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a annoncé jeudi que le salaire minimum de cette province passerait de 10,65 $ à 11 $ l’heure, le 1er avril prochain. Il s’agit de la troisième hausse depuis décembre 2014.

Au Québec, le salaire minimum atteint 10,75 $ l’heure. Une campagne soutenue, venant de plusieurs organisations syndicales et de défense des bas salariés et des non-syndiqués, veut le faire passer à 15 $ le plus tôt possible.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, jeudi, Mélanie Gauvin, de la Coalition 5-10-15, a souligné que le Nouveau-Brunswick, une province moins riche que le Québec, allait maintenant devancer le Québec à compter du 1er avril en matière de salaire minimum.

«Si on remonte à 2002, au Nouveau-Brunswick le salaire minimum était de 6 $ et, au Québec, de 7,20 $ l’heure. Le salaire minimum du Québec était beaucoup plus élevé que le salaire minimum du Nouveau-Brunswick. Quand on pense que ce n’est quand même pas une province très riche; c’est une province où on pourrait penser que les entreprises pourraient peut-être avoir de la difficulté à absorber une hausse comme celle-là», a commenté Mélanie Gauvin.

«Si le Nouveau-Brunswick est capable de faire des augmentations plus substantielles et de nous doubler, au sens de nous dépasser, le Québec a du chemin à faire. On est passé d’une province où, au début des années 2000, on avait un taux de salaire minimum le plus élevé à là, où on est rendu en 2017 et on est une des provinces où le taux du salaire minimum est le plus bas», a-t-elle déploré.

Le premier ministre Gallant a affirmé qu’il comprenait «que lorsque vous mettez plus d’argent dans les poches des Néo-Brunswickois, ils achèteront et investiront davantage, ce qui aide à renforcer l’économie».

Mme Gauvin commence à s’inquiéter du fait que la ministre québécoise du Travail, Dominique Vien, n’ait pas encore annoncé ses couleurs. Souvent, le ministère du Travail annonce avant Noël quelle sera la hausse qui entrera en vigueur le 1er mai. Or, rien n’a été annoncé avant les Fêtes.

«Ça commence à être préoccupant, parce que plus l’augmentation sera importante, plus le gouvernement a intérêt à l’annoncer tôt, pour que les entreprises puissent se préparer», a opiné Mme Gauvin.

En Alberta, le salaire minimum, qui est actuellement de 12,20 $ l’heure, doit être porté à 13,60 $ le 1er octobre 2017, puis à 15 $ le 1er octobre 2018.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!