Jacques Boissinot/La Presse canadienne La ministre du Travail, Dominique Vien

QUÉBEC — Le gouvernement du Québec haussera le salaire minimum à 11,25 $ l’heure, a annoncé jeudi la ministre du Travail, Dominique Vien.

Le salaire minimum est actuellement de 10,75 $. La hausse annoncée jeudi entrera en vigueur le 1er mai prochain.

L’augmentation de cette année sera supérieure à toutes celles qui ont été déterminées depuis 2010, a indiqué la ministre lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale.

Mme Vien a du même coup annoncé que le gouvernement a l’intention de porter le salaire minimum à 12,45 $ d’ici 2020.

En se fixant ainsi pour la première fois un objectif sur plusieurs années, le gouvernement espère que cette somme sera équivalente à 50 pour cent du salaire horaire moyen, a déclaré Mme Vien.

«Nous allons fixer le salaire minimum annuellement au conseil des ministres et si la situation économique continue à bien se comporter, d’en avoir les bons fruits comme nous en avons aujourd’hui, nous sommes assez convaincus d’arriver à destination tel que je vous le présente ce matin, en 2020, a-t-elle dit. Mais la garantie totale n’existe pas.»

Mme Vien a annoncé qu’après la hausse de 0,50 $ cette année, le gouvernement prévoit des augmentations de 0,50 $ en 2018, de 0,35 $ en 2019 et de 0,35 $ en 2020.

«Si, d’aventure, on se trouvait dans une situation qui est autrement que celle qu’on connaît aujourd’hui, tout le monde va bien comprendre qu’on va revoir notre plan de match, a-t-elle dit. Je pense que la seule chose qui pourrait arriver, c’est que le plan de match soit retardé, mais très sincèrement, au moment où je vous parle, mes collègues et moi, on est assez convaincus qu’en 2020 on devrait y arriver.»

Jeudi, la ministre a également annoncé une progression du taux horaire des salariés au pourboire, qui passera de 9,20 $ à 9,45 $.

Malgré les appels pour porter graduellement le salaire minimum à 15 $, afin de lutter contre la pauvreté, Mme Vien a lié cet objectif à la progression du salaire moyen.

«Moi, mon analyse ce matin, c’est qu’on ne va pas à 15 $ maintenant, on ne va pas à 15 $ la semaine prochaine, a-t-elle dit. On va être à 15 $ quand le salaire moyen au Québec sera à 30 $.»

Le chef péquiste Jean-François Lisée a affirmé que le gouvernement a pris sa décision après avoir subi les pressions de l’opposition et des syndicats pour hausser la salaire à 15 $ l’heure d’ici 2022.

«Je salue positivement cette décision, mais monter à 12,45 $ en 2020, ça pourrait être un peu accéléré», a-t-il dit.

La présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Louise Chabot, a exprimé sa déception que le gouvernement renonce à fixer plus rapidement l’atteinte du seuil de 15 $.

«Avec cette annonce qui est faite aujourd’hui, pour atteindre le 15 $ il faudra atteindre 2027. On est loin du compte», a-t-elle dit.

Selon Mme Chabot, le taux de 50 pour cent du salaire moyen aurait pu être annoncé dès aujourd’hui.

La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) a estimé que la cible de 50 pour cent ne réussira pas à sortir les bas salariés de la pauvreté.

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) a réservé son analyse pour plus tard étant donné que le ministre des Finances, Carlos Leitao, a indiqué jeudi la possibilité d’allégements fiscaux pour les entreprises.

«Il faut toutefois rappeler que l’augmentation s’avérera plus élevée que la marge de manoeuvre que certaines entreprises peuvent se permettre, a dit Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ, dans un communiqué. Sans mesures d’atténuation fiscale ou financière concrètes, on occasionnera à ces dernières de sérieux défis de viabilité.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!