François Lemieux

MONTRÉAL — Le tabagisme est responsable d’environ six pour cent de toutes les dépenses mondiales en soins de santé et engloutit près de deux pour cent du produit intérieur brut de la planète, selon la première étude du genre jamais réalisée.

Les chercheurs ont étudié 152 pays regroupant 97% des fumeurs du monde. Ils ont notamment analysé 33 études englobant les 44 pays qui génèrent 86% des dépenses mondiales en santé. Leurs données provenaient également de l’Organisation mondiale de la santé et de la Banque mondiale.

Ils ont constaté qu’en 2012, les maladies causées par le tabagisme ont été responsables de la mort de 12% des adultes âgés de 30 à 69 ans, dont 1,4 million de personnes qui auraient dû se trouver sur le marché du travail. La proportion la plus élevée de décès a été constatée en Europe et en Amérique.

Le tabagisme a entraîné la perte de 26,8 millions d’années de travail, dont 18 millions en raison d’un décès.

Les dépenses en santé attribuables au tabagisme se sont chiffrées à 422G$US, soit près de six pour cent de la facture totale des soins de santé. Cette proportion atteint dix pour cent en Europe de l’Est.

En se fiant à ces données, les chercheurs calculent que le tabagisme a engendré un coût économique total de 1436G$US en 2012, soit 1,8% du PIB de la planète. La proportion équivalente du PIB au Canada et aux États-Unis mis ensemble a été de 3%, contre 2,5% en Europe et 3,6% en Europe de l’Est.

Quarante pour cent de la facture en soins de santé a été assumée par les pays en développement. Le Brésil, l’Inde, la Russie et la Chine ont absorbé le quart de ce total.

Les chercheurs rappellent que leur étude ne s’est pas intéressée à la fumée secondaire ou au tabac sans fumée.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical «Tobacco Control».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!