AP Justin Trudeau et Donald Trump.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le président américain, Donald Trump souhaitent miser sur le «lien spécial» qui unit les deux pays pour bâtir une relation économique et politique solide.

«Nous ne nous entendrons pas toujours sur tout, mais nous serons toujours des voisins modèles», a rappelé M. Trudeau, qualifiant la rencontre de très productive. Les deux chefs d’État ont profité de cette journée de travail pour créer le Conseil canado-américain sur l’avancement des femmes d’affaires et entrepreneures et développer un programme de lutte contre le trafic d’opioïdes.

Questionné sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le président Trump a indiqué que la situation des échanges commerciaux avec le Canada était bien «moins sévère» que celle avec le Mexique. «Nous avons une excellente relation commerciale avec le Canada, a-t-il assuré. Nous l’ajusterons. Nous avons des idées pour rendre les échanges bien meilleurs et plus rapides.»

De son côté, M. Trudeau n’a pas voulu confirmer s’il avait obtenu des garanties sur le maintien de ALENA, un traité que M. Trump a dit à plusieurs reprises souhaiter revoir, voire annuler. «Nous continuons de comprendre que nous devons laisser le libre-échange des biens et services. C’est ce sur quoi nous nous concentrerons dans l’avenir», a-t-il répondu.

«Pour l’instant le message des deux leaders est de dire que cette relation va continuer comme dans les dernières décennies.» – Frédérick Gagnon, Titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand, directeur de l’Observatoire sur les États-Unis et professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal.

Sur la question de l’immigration, le premier ministre canadien n’a pas glissé mot des politiques de M. Trump, disant que les Canadiens ne voulaient pas le voir «faire la leçon» à un autre pays sur leur manière de gouverner. «Il y a des moments où nous avons eu des approches différentes, s’est-il contenté de dire, citant l’accueil des réfugiés syriens. Nous avons toujours pris nos responsabilités en matière de sécurité. Nous souhaitons être une exemple positif.»

Donald Trump n’a pas non plus critiqué les politiques migratoires canadiennes. «Nous voulons laisser entrer les personnes qui aiment notre pays, mais pas les mauvaises personnes», a-t-il simplement déclaré.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!