OTTAWA — Le Commissariat à l’intégrité du secteur public conclut qu’un cadre à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a tyrannisé verbalement des collègues et d’autres fonctionnaires du gouvernement fédéral.

Le commissaire Joe Friday indique dans son rapport d’enquête que cet ancien cadre, non identifié, a agressé verbalement du personnel et a physiquement manifesté sa colère, notamment dans «des accès de rage violente».

Il conclut que ce cadre a utilisé fréquemment un «langage non professionnel» — notamment des cris et des hurlements, des blasphèmes et un langage corporel menaçant.

Les résultats de l’enquête démontrent que «la conduite agressive du cadre envers le personnel constituait une contravention grave du Code de valeurs et d’éthique de l’ASPC, et un cas grave de mauvaise gestion». Le commissaire recommande que des «mesures disciplinaires et correctives» soient imposées au cadre compte tenu de la nature des actes répréhensibles.

Pendant la durée de l’enquête du Commissariat à l’intégrité du secteur public, le fonctionnaire avait été muté ailleurs dans la fonction publique, mais on ne précise pas où. Son nouvel employeur serait d’accord avec l’imposition de mesures disciplinaires, selon le Commissariat.

M. Friday conclut par ailleurs que dans ce dossier, la haute direction de l’ASPC n’a pas fait preuve du «leadership nécessaire» afin d’assurer aux employés un milieu de travail sain et exempt de harcèlement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!