John Woods / La Presse Canadienne Hilda Anderson-Pyrz.

WINNIPEG — À deux mois du début des audiences de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones assassinées ou disparues, les proches ignorent toujours les modalités de participation, soutient une coalition du Manitoba.

La très attendue commission doit amorcer ses audiences formelles en mai prochain. Or, la coprésidente de la coalition des familles de victimes du Manitoba, Hilda Anderson-Pyrz, a soutenu mardi à Winnipeg que les proches ne savent toujours pas, par exemple, si leurs frais de déplacement seront payés et si la commission offrira un soutien psychologique aux témoins.

Selon Mme Anderson-Pyrz, les familles préfèrent la qualité à l’empressement, et elles souhaitent surtout que tout le monde soit entendu dans le cadre de ce processus crucial. Elle suggère même que le gouvernement fédéral pourrait reporter la date de dépôt du rapport final de l’enquête, prévu pour décembre 2018.

La coalition déplore par ailleurs qu’on ne sache toujours pas combien de communautés la commission visitera pendant ses travaux.

Mme Anderson-Pyrz n’est pas étrangère à cette tragédie nationale: sa soeur Dawn Anderson a été retrouvée morte de froid et intoxiquée à Leaf Rapids, au Manitoba, en novembre 2012. Sa famille ne croit toutefois pas à la thèse de la mort accidentelle: son corps portait des contusions et son logis avait été vandalisé.

La directrice intérimaire des communications auprès de la commission d’enquête, Sue Montgomery, a indiqué mardi dans un courriel que les familles seront maintenant de mieux en mieux informées et qu’elles obtiendront un soutien psychologique pendant et après les audiences. Mme Montgomery a précisé que la commission transmettrait sa première infolettre mercredi et qu’elle produirait éventuellement des messages pour les stations de radio régionales.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!