TC Media - Marc-André Couillard Des débris du VUS de l'agent de la GRC Richer Dubuc éparpillés près d'un arbre, sur le site de l'accident qui lui a coûté la vie, sur la route 202, à Saint-Bernard-de-Lacolle, le 6 mars.

Au lendemain du décès tragique d’un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), plusieurs de ses collègues se sont rendus sur les lieux de l’accident, sur la route 202 à Saint-Bernard-de-Lacolle. S’ils ont refusé de commenter publiquement les événements, tous se demandent dans quelles circonstances la collision est survenue.

Le patrouilleur Richer Dubuc, 42 ans, circulait en direction ouest à bord d’un VUS de la GRC lorsqu’il a percuté l’arrière d’un tracteur de ferme, peu avant 18 h20, lundi. L’accident est survenu entre le chemin Roxham et le chemin Pleasant Valley Nord.

Tout indique que le VUS a ensuite terminé sa course contre le seul arbre de l’endroit situé en bordure d’un champ. Des débris du VUS étaient encore prisonniers des branches lors du passage de TC Media, au lendemain de la tragédie.

L’agent Dubuc était en route pour porter assistance à ses collègues. Il a été retrouvé dans un état critique par les services d’urgence, tandis que le conducteur du tracteur a subi des blessures légères. Tous deux ont été conduits dans un centre hospitalier. Le policier a succombé à ses blessures hier matin.

«On ignore s’il était en déplacement d’urgence ou non», a dit lundi soir Stéphane Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

«Le conducteur du tracteur sera rencontré par les enquêteurs lorsque son état le permettra», a ajouté mardi matin sa collègue Joyce Kemp.

Des reconstitutionnistes de la SQ se sont rendus sur les lieux de l’accident. Ils sont demeurés sur place une partie de la nuit. Hier, l’enquête était toujours en cours.

Depuis peu dans la région
Marié et père de quatre enfants, Richard Dubuc était originaire de la région de Joliette. Il comptait 7 ans de service à la GRC. Le policier avait fait ses débuts au Nouveau-Brunswick. Rattaché à l’Équipe intégrée de la police des frontières à Saint-Jean-sur-Richelieu, il travaillait dans la région depuis janvier.

Il avait aussi travaillé à Montréal comme paramédic pour Urgences-Santé.

Depuis plusieurs semaines, la présence des patrouilleurs de la GRC s’est accrue dans ce secteur en raison de la hausse du nombre de demandeurs d’asile qui traversent la frontière canadienne en empruntant des routes non contrôlées, comme le chemin Roxham à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!