PATRICK DOYLE PATRICK DOYLE / La Presse Canadienne

OTTAWA — Plus de 40 ans après l’explosion accidentelle d’une grenade au camp de cadets de la base de Valcartier, le gouvernement fédéral offre ses excuses et annonce un plan de compensation.

«Aux plus de 100 survivants de cet incident, à vos familles et aux familles de ceux qui ont péri, au nom du gouvernement du Canada, je vous demande d’accepter ces excuses», a déclaré jeudi le ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

«Nous sommes sincèrement désolés de la douleur que vous avez endurée et nous regrettons profondément le temps qu’il aura fallu pour la soulager. Aujourd’hui, nous commençons à réparer les erreurs du passé», a-t-il ajouté.

Le ministre Sajjan, un lieutenant-colonel à la retraite, était accompagné lors de cette conférence de presse qui s’est déroulée dans une ambiance solennelle de certaines personnes qui ont vécu le drame, dont l’expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya.

Ce dernier a positivement accueilli le plan d’indemnisation annoncé par le gouvernement et remercié le ministre de la Défense pour le «leadership» dont il a fait preuve pour «réparer ce qui a été fait il y a 43 ans», même si «on ne peut pas changer l’histoire».

Le porte-parole associé du Parti conservateur en matière de défense, Pierre Paul-Hus, s’est lui aussi montré satisfait du programme d’indemnisation qui a été élaboré en collaboration avec les victimes de cet incident et leurs représentants.

Les événements remontent au 30 juillet 1974, alors que l’explosion accidentelle d’une grenade a tué six cadets en plus d’en blesser des dizaines d’autres au camp de cadets de la base militaire de Valcartier.

Le gouvernement fédéral estime qu’environ 155 personnes devraient être admissibles au paiement de secours universel de 42 000 $ qu’il offre.

Les successions des six cadets qui ont péri lors de l’incident et des anciens cadets qui sont décédés dans les années qui ont suivi peuvent aussi obtenir ce paiement de secours.

Un montant additionnel de 58 000 $ sera remis aux successions des six victimes «en reconnaissance des pertes subies», selon le communiqué du ministère de la Défense.

En juillet 2015, l’Ombudsman des Forces armées canadiennes avait dressé un constat accablant de la manière dont des cadets et leurs familles ont été traités.

L’enquête concluait que les cadets et leurs familles avaient reçu un traitement inéquitable tant pour la couverture médicale requise par la suite que pour le versement d’indemnités.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!