OTTAWA — Un comité de la Chambre des communes presse le ministère des Pêches et des Océans de mener des études annuelles sur la population de morue du Nord au large de Terre-Neuve-et-Labrador pour surveiller son rétablissement.

Les députés ont aussi appelé à des études annuelles sur la population de capelans, une source clé de nourriture pour la morue.

Le rapport du comité sur les pêches et les océans affirme que la population de morue progresse lentement depuis son effondrement en 1992, qui avait éliminé la pêche commerciale et créé une onde de choc dans la province.

Le document appelle aussi le ministère à embaucher plus de scientifiques pour surveiller la population de morue du Nord et affirme que le ministère devrait aussi restreindre la population de phoques, étant donné que ces animaux ont comme proies la morue et le capelan.

Finalement, les députés soutiennent que le ministère devrait produire un plan de rétablissement pour la morue du Nord, avec des objectifs et des échéanciers.

Le rapport fait état de certains éléments d’espoir, disant que la morue du Nord montre des signes d’un lent rétablissement plus de 20 ans après le moratoire sur la pêche commerciale extracôtière décrété en 1992.

Le président du comité, Scott Simms, a souligné que la morue était d’une grande importance pour Terre-Neuve-et-Labrador et que son rétablissement devait être géré avec soin.

«C’est tellement important. Il s’agit de l’espèce qui assure notre maintien sur cette île», a dit M. Simms.

Il a affirmé que le rapport touchait certains des mêmes éléments de base que des efforts précédents, mais qu’avant tout, «il a été question de la morue et de son rétablissement (…) à savoir comment faire en sorte d’avoir une pêche durable pour les générations à venir».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus