Métro

WASHINGTON — Des experts du libre marché suggèrent d’offrir aux négociateurs américains, lors des prochaines renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), un commerce plus ouvert pour les produits laitiers, en échange d’un commerce plus prévisible du bois d’œuvre.

Mettre fin à un certain protectionnisme dans ces industries avantagerait les consommateurs des deux pays et stimulerait la productivité économique, tout en rendant les entreprises plus prospères, affirment des chercheurs de l’Institut économique de Montréal dans un rapport publié jeudi.

«Les barrières commerciales n’ont jamais enrichi qu’un petit nombre au détriment de la vaste majorité, peut-on y lire. Éliminer celles qui subsistent dans les secteurs agricoles sous gestion de l’offre et celui du bois d’œuvre et s’assurer de ne pas en élever de nouvelles serait profitable tant pour les consommateurs que pour les producteurs».

Les législateurs américains ont déjà indiqué qu’ils feraient pression sur l’administration Trump pour accroître les échanges commerciaux des produits laitiers, pendant que le bois d’œuvre fait face à de nouvelles menaces tarifaires.

Or, ces industries partagent des similitudes.

Les deux secteurs sont exclus de l’ALÉNA actuel et emploient plus de 200 000 personnes au Canada.

Cependant, l’industrie du bois d’oeuvre est fortement tributaire des exportations, contrairement à l’industrie des produits laitiers. Le document propose ainsi d’ouvrir les deux secteurs en démantelant le système de gestion de l’offre.

Le rapport avance que le démantèlement du système entraînerait une baisse des prix au supermarché, en plus de rendre l’industrie plus innovatrice et concurrentielle à l’échelle internationale.

Les experts citent en exemple la Nouvelle-Zélande. «Ce pays a pratiquement triplé sa production depuis qu’il a libéralisé son industrie laitière. En comparaison, la production canadienne de lait n’a pas bougé depuis les années 1960», affirment-ils.

Cependant, le lobby canadien du secteur laitier conteste plusieurs des changements proposés, faisant notamment valoir que le système assure une stabilité des prix.

Selon la proposition avancée, l’abolition des quotas pour les produits laitiers devrait être conditionnelle à l’élimination des subventions des produits laitiers américains, bien qu’elles soient moins importantes que d’autres types de subventions agricoles aux États-Unis, comme les céréales.

Le document conclut que les avantages d’un accord sont évidents pour le bois d’oeuvre, soit préserver 24 300 emplois directs et indirects dans le secteur forestier, augmenter les exportations et éviter une hausse moyenne de 1300 $ US du prix d’une maison américaine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!