THE CANADIAN PRESS Bertrand Charest lors de son procès.

SAINT-JÉRÔME, Qc — Bertrand Charest, accusé d’avoir agressé sexuellement plusieurs jeunes skieuses sous sa responsabilité il y a une vingtaine d’années, connaîtra son sort le 22 juin.

À l’issue de trois semaines de procès devant juge seul, le magistrat Sylvain Lépine, de la Cour du Québec, a demandé jeudi aux avocats de la Couronne et de la défense de lui transmettre par écrit leurs plaidoiries finales d’ici le 15 mai.

Bertrand Charest fait face à 57 chefs d’accusation, notamment d’agressions sexuelles, envers 12 plaignantes âgées de 12 à 19 ans au moment des faits allégués, durant les années 1990. L’ex-entraîneur de ski, aujourd’hui âgé de 51 ans, est aussi accusé d’abus de confiance puisqu’il était alors en situation d’autorité face à ses présumées victimes.

Les plaignantes soutiennent que l’accusé les a agressées sexuellement alors qu’il était leur entraîneur avant et pendant son passage au programme de développement de l’équipe féminine de ski au sein de l’organisme national Canada Alpin, de 1996 à 1998. Plusieurs plaignantes ont parlé d’un homme manipulateur et contrôlant.

Les audiences au procès, amorcées le 2 mars, se sont achevées mercredi avec le troisième témoin appelé par la défense. La soeur de l’accusé, un de ses anciens adjoints et l’ex-dirigeant d’une association régionale de ski qui l’avait repêché ont tous soutenu qu’ils n’avaient rien vu ou entendu.

L’accusé n’a pas témoigné pour sa défense, ce qui est tout à fait son droit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!