Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a déclaré que les clients voudront encore parler «aux hommes et aux femmes en chair et en os (…) dans dix ou quinze ans», et que malgré les nouvelles technologies, ce seront «les personnes qui continueront de faire une différence».

Dans son discours lors des assemblées générales, samedi, à Québec, M. Cormier n’a pas abordé ses plans quant aux effectifs en place, mis à part qu’il voulait «exploiter la grande force coopérative et investir dans les personnes».

Peu après son entrée en fonction il y a environ un an, le dirigeant de Desjardins avait mis de l’avant une restructuration qui s’était traduite par le départ de 28 vice-présidents et l’abolition de 83 postes de directeurs et de directeurs principaux.

Questionné à la fin février, M. Cormier n’avait pas écarté une réduction de la taille de l’effectif de la coopérative financière établie à Lévis — qui comptait 47 655 employés à la fin de 2016 — au cours de la prochaine année.

Samedi, M. Cormier a par ailleurs fait état de plusieurs initiatives technologiques, notamment avec l’ouverture d’un deuxième «Desjardins Lab», en 2017, à Lévis, en ajout au «laboratoire d’innovation» de Montréal.

Une deuxième «caisse mobile» — pour venir au secours d’une caisse qui a vécu un sinistre, par exemple — doit aussi voir le jour d’ici la fin de l’année pour servir l’est du Québec.

M. Cormier a rappelé que Desjardins avait récemment lancé «Alerte», un programme pancanadien de prévention des dommages liés à l’eau en assurance habitation — incluant une alarme sur téléphone intelligent lorsqu’il y a une fuite d’eau à son domicile.

Le président et chef de la direction s’est dit persuadé que les coopératives, et en particulier le Mouvement Desjardins, ont un rôle à jouer face à un capitalisme «à outrance qui a montré ses limites».

«Nous ne viendrons pas à bout des grands défis démographiques, en étant obsédés par le profit à court terme», a-t-il déclaré.

Soulignant l’importance d’aligner Desjardins sur sa raison d’être, «celle de contribuer aux mieux-être des personnes et des communautés», M. Cormier a rappelé le lancement, en début d’année, d’un fonds de 100 millions $ pour le développement socio-économique des communautés.

Élu pour un premier mandat en mars 2016, M. Cormier a profité des assemblées générales annuelles de Desjardins, samedi, pour dresser un bilan de sa première année de présidence.

Le Mouvement Desjardins a vu ses excédents avant ristournes fléchir de 9,5 pour cent, à 1,8 milliard $, l’an dernier, un recul qui s’expliquerait en partie par des investissements supplémentaires dans de nouvelles technologies ainsi que le versement d’indemnités de départ liées à des réductions d’effectifs.

Le rendement des capitaux propres — un indicateur clé dans le secteur financier — a été de 8 pour cent, en comparaison de 9,1 pour cent pour l’exercice précédent. M. Cormier disait alors que Desjardins devrait être en mesure de retourner «près de 260 millions $» à ses membres par l’entremise des ristournes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!