TC Media - Archives

Le gouvernement provincial a annoncé dans son budget déposé mardi qu’il investirait 1,28G$ dans le Réseau électrique métropolitain (REM).

Ce projet de réseau électrique de 67 km, piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui doit relier la Rive-Sud, via le nouveau pont Champlain, au centre-ville de Montréal, en passant par l’aéroport Montréal-Trudeau ainsi que des municipalités de l’ouest de l’île et de la Rive-Nord, est évalué à 6G$.

Dans un cadre financier déposé avec le budget, Québec prévoit que la CDPQ investira 2,67G$ et que le gouvernement fédéral injectera 1,28G$ dans le REM. Le manque à gagner de 800M$ sera comblé par la compensation de la plus-value foncière et un investissement d’Hydro-Québec.

Dans son budget déposé la semaine dernière, le gouvernement fédéral a mentionné le REM dans sa liste des projets de transport auxquels il compte participer, sans toutefois indiquer de montant. «Nous étions déçus en partie du budget fédéral parce qu’il n’y avait pas d’indications plus claires», a indiqué le ministre des Finances, Carlos Leitão, en conférence de presse.

M. Leitão a mentionné être toujours «en négociation» avec le gouvernement fédéral, mais n’exclut pas d’investir davantage, advenant un investissement moindre qu’espéré de la part d’Ottawa. Le ministre s’est d’ailleurs dit «persuadé» de récupérer à long terme l’argent investi dans le REM, même si la CDPQ obtiendra de manière prioritaire 8% des dividendes.

«Le rendement n’est pas au rendez-vous», juge pour sa part le porte-parole du Parti québécois en matière d’économie, Nicolas Marceau, qui souligne que l’exploitation du REM coûtera 133M$ par an, selon le cadre financier déposé mardi.

La CDPQ a annoncé il y a une semaine que le coût du projet dépasserait 6G$. L’ajout de 40 voitures et l’intégration de trois stations communes avec le réseau du métro de Montréal ont fait augmenter la facture de près de 500M$ par rapport au projet initial.

La construction du REM, qui comportera 27 stations, doit débuter cette année. Sa mise en service est prévue en 2022.

Prolongement de la ligne bleue
Tout comme il l’avait fait l’année dernière, le ministre des Finances a inscrit dans le budget le prolongement de la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou dans les projets de transport collectif à venir.

«J’annonce l’investissement du gouvernement dans le prolongement de la ligne bleue. Les sommes sont réservées dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2017-2027», a déclaré M. Leitão dans son discours. Toutefois, il n’a pas chiffré la part qu’aura la ligne bleue dans la réserve de 8,7G$ prévue au PQI et de laquelle émane également l’investissement du REM. Québec souhaite aussi obtenir une contribution du fédéral pour ce projet de prolongement du réseau du métro.

Par ailleurs, même si la Ville de Montréal souhaite débuter les travaux en 2021, le projet demeure «à l’étude», ce qui signifie qu’«à tout moment, le gouvernement peut se retirer», a nuancé le président du Conseil du Trésor, Pierre Moreau.

SRB Lévis-Québec
Le gouvernement du Québec dit avoir également réservé des fonds dans le PQI pour la mise en mise en place d’un service rapide par bus (SRB) reliant Lévis et Québec. Ce montant n’a pas été dévoilé, mais 56M$ ont été alloués pour réaliser les plans et devis du SRB.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!