OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau devrait faire suivre les commémorations du 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, en fin de semaine, par la visite d’un autre célèbre champ de bataille pour l’armée canadienne: la plage de Juno.

Cette visite additionnelle peut surprendre, étant donné qu’il s’agit de batailles dans deux différentes guerres, les soldats canadiens ayant combattu à Vimy durant la Première Guerre mondiale et à Juno lors du «Jour J» de la Deuxième Guerre mondiale.

Un responsable gouvernemental a affirmé que la thématique globale du voyage était de se rappeler les sacrifices de tous les soldats canadiens.

Des milliers de personnes d’un peu partout au pays devraient se rendre à Vimy, dimanche, pour souligner l’anniversaire de la bataille, dans le cadre de laquelle les quatre divisions du Corps canadien ont combattu de concert pour la première fois de l’histoire.

Près de 3600 soldats canadiens ont été tués et 7000 autres ont été blessés durant quatre jours de combats féroces dans le grésil et la pluie, alors qu’ils prenaient le contrôle de la crête hautement stratégique des mains des Allemands.

La bataille a depuis ce temps pris un statut emblématique dans l’histoire canadienne — certains considérant ce moment comme celui où le Canada a véritablement pris sa place dans le monde. La cérémonie de dimanche devrait être la plus imposante depuis le dévoilement du Mémorial national du Canada à Vimy en 1936.

Environ 12 000 étudiants sont attendus, tandis que la délégation officielle inclura, outre M. Trudeau, le gouverneur général David Johnston, le président français François Hollande et les princes Charles, William et Harry.

M. Trudeau doit par la suite partir pour la plage de Juno lundi, ont indiqué des sources bien informées, là où les forces canadiennes avaient contribué à repousser les Allemands hors de la France lors du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944.

Le bureau du premier ministre n’a pas confirmé les plans de visite de Juno, où 340 Canadiens sont morts et 574 autres ont été blessés.

Bien qu’on ignore pourquoi M. Trudeau se rendrait à Juno plutôt que sur un autre champ de bataille de la Première Guerre mondiale, le premier ministre a effectivement fait référence aux deux grandes guerres lors de sa rencontre avec le président américain Donald Trump en février.

«Le Canada et les États-Unis sont des voisins depuis longtemps, et les Canadiens et les Américains ont fait corps, ont travaillé ensemble au pays et à travers le monde», avait déclaré M. Trudeau à ce moment.

«Nous avons combattu et sommes morts ensemble sur des champs de bataille durant la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale, en Corée, en Afghanistan», avait-il ajouté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!