Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a répondu à toutes les questions de l’opposition, mercredi aux Communes, comme pour bien démontrer que son gouvernement est sincère dans son désir d’améliorer les procédures parlementaires.

Les libéraux tentent depuis quelques semaines de convaincre l’opposition du bien-fondé de leur projet de réforme des procédures. Comme ils l’avaient promis en campagne électorale, ils proposent notamment que les députés consacrent une journée par semaine aux questions adressées directement au premier ministre, comme c’est le cas à la Chambre des communes à Londres.

Habituellement, le premier ministre répond aux interpellations des chefs de l’opposition, mais laisse ses ministres prendre le relais pour le reste de la période de questions orales. Mercredi, M. Trudeau a répondu à toutes les questions, comme si c’était la «journée du premier ministre» aux Communes.

Les néo-démocrates et les conservateurs ne sont pas d’accord avec la réforme proposée par les libéraux, et ils le manifestent avec quelques mesures d’obstruction au Parlement. Selon le député conservateur Mark Strahl et son collègue néo-démocrate David Christopherson, la manoeuvre de mercredi démontre bien qu’il ne sert à rien d’adopter une réforme sans dégager d’abord un consensus véritable aux Communes.

La leader du gouvernement en Chambre, Bardish Chagger, estime que ce serait là accorder un droit de veto aux partis de l’opposition sur des réformes promises par le parti au pouvoir.

Les néo-démocrates et les conservateurs comptent bien reprendre leurs manoeuvres d’obstruction au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, qui se penche sur une résolution libérale visant à imposer le bâillon sur l’étude de la réforme proposée par le gouvernement.

Cette réforme propose aussi de permettre le vote électronique en Chambre pour les députés, d’éliminer la séance très peu courue du vendredi aux Communes, et de fixer une durée déterminée pour l’étude des projets de loi du gouvernement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!