Denis Germain/TC Media

Si certains les adorent, d’autres n’hésitent pas à les qualifier d’espèce indésirable de plus en plus envahissante. Fouilleurs de poubelles, qui peuvent causer des dommages lorsqu’ils s’infiltrent dans les maisons, les écureuils semblent avoir mauvaise réputation. Qu’en est-il au juste?

Sur le site du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), on retrouve les écureuils dans la section des animaux importuns. La liste des dommages qu’ils peuvent provoquer étonne.

«Si l’on ne protège pas bien nos habitations, ils vont trouver le moyen d’y entrer. –Florent Lemieux, technicien de la faune au ministère de Forêts, Faune et Parcs du Québec

«Ils s’introduisent dans les greniers, les maisons, les cabanons. Ils peuvent ronger les fils électriques et causer des incendies», lit-on.  Sans parler des dégâts qu’ils peuvent provoquer dans les jardins, les mangeoires d’oiseaux et les arbres ornementaux.

«C’est vrai qu’en milieu citadin, on compare parfois les écureuils comme des gros rats, confirme Florent Lemieux, technicien de la faune au MFFP. Ce sont de bons rongeurs. Je connais des gens à Montréal qui ont vécu une infestation d’écureuils dans leur grenier. Leur corniche était mal fermée. Leur présence est très dangereuse pour les fils électriques.»

Fouilleurs de poubelles?
En ville, ce sont les écureuils gris qu’on retrouve contrairement au roux qui vivent dans les forêts. Sont-ils aussi gourmands que les ratons laveurs qui s’attaquent aux poubelles et à ce titre, être considérés comme une espèce nuisible? Une affirmation que nuance Jacques Nadeau, porte-parole à la Protection de la faune au MFFP.

«L’écureuil n’est pas une espèce nuisible, mais importune. Le problème est l’accès à la nourriture. Nous devons sensibiliser les gens à ne pas nourrir les animaux. Le bac à poubelle qui n’est jamais nettoyé va dégager une odeur qui va attirer les animaux. Il faut que les gens portent une attention particulière à ça sinon les écureuils vont aller chercher leur lunch dans le bac», mentionne M. Nadeau.

«En ville, les écureuils auront tendance à s’approcher des humains. C’est nous qui leur donnons de mauvaises habitudes en les nourrissant puisqu’on les rend dépendants de la nourriture qu’on leur donne», renchérit pour sa part Florent Lemieux.

Surpopulation et porteur de maladies?
Les écureuils sont-ils en surpopulation? Impossible de répondre à la question, puisque Québec ne tient pas de chiffres à leur sujet. «Ce n’est pas une espèce qui est suivie d’aussi près», indique M. Lemieux.

Selon ce dernier, une femelle écureuil roux peut avoir deux portées durant l’été d’un à neuf écureuils, mais en pratique, ce sont 4 à 6 qui vont survivre. Puisqu’une femelle peut vivre entre 4 à 5 ans, elle peut théoriquement donner naissance jusqu’à 60 rejetons durant son existence.

Pour l’écureuil gris, ce nombre diminue de moitié.

Les écureuils pourraient-ils transmettre des maladies? À cette question, Florent Lemieux répond que les écureuils pourraient être porteurs de la rage, mais qu’ils ne jouent pas un rôle significatif dans la transmission de la maladie, puisqu’ils succombent rapidement une fois atteints.

Écureuils roux et gris
On retrouve principalement deux variétés d’écureuils au Québec, soit le roux et le gris. L’écureuil roux a une longueur totale de 28 à 35 cm. Son pelage est roux l’hiver, brun olive et gris l’été. Il construit son nid de feuilles et de brindilles tapissées d’écorces effilochées, à une hauteur de 3 à 20 m du sol. Il vit dans les forêts.

Quant à l’écureuil gris – qu’on retrouve en ville – sa longueur totale est de 43 à 54 cm. Son pelage est gris ou noir et dans le sud-ouest du Québec, certains individus possèdent une fourrure de couleur blanche ou cannelle. Il construit son nid avec des feuilles et des petites branches, à une hauteur de 10 à 15 m du sol.

(Source: ministère de Forêts, Faune et Parcs du Québec)

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus