Frank Gunn Frank Gunn / La Presse Canadienne

TORONTO — Une femme qui a passé des heures suspendue au-dessus d’un chantier de construction après avoir escaladé une grue, au centre-ville de Toronto, s’est présentée en cour, jeudi, pour faire face à six chefs d’accusation de méfait.

Marisa Lazo, 23 ans, a été libérée moyennant une caution de 500 $ et elle devra demeurer loin des terrains en construction ou des toits.

La jeune femme, qui est aussi citoyenne américaine, a dû rendre son passeport des États-Unis, tout en s’engageant à recevoir «une aide psychologique appropriée».

Mme Lazo a été secourue mercredi matin par un pompier qui l’a attachée à lui avant de redescendre. Cette opération de sauvetage a duré plusieurs heures et fait la manchette un peu partout au pays.

La jeune femme «est une très bonne personne» qui «recherche l’aventure», selon son amie, Sara Burton.

«Ce n’était peut-être pas la meilleure décision, de toute évidence, il manquait de logique», a admis Mme Burton à l’extérieur du palais de justice, ajoutant qu’elle n’avait aucunement été surprise du geste de son amie.

Les pompiers croient que Marisa Lazo est montée en haut de la grue au milieu de la nuit, puis a rampé jusqu’au bout avant de glisser sur un câble jusqu’à une poulie où elle s’est retrouvée piégée.

Mme Lazo a quitté la salle de cour, poursuivie par des journalistes, sans faire de commentaire.

Plus tôt jeudi, le maire de Toronto, John Tory, s’était exprimé quant au secours porté à la femme par le pompier Rob Wonfor et un policier.

«Nous voulons que les Torontois sachent qu’il s’agit d’un petit exemple du service public accompli tous les jours par les policiers, les pompiers, les ambulanciers et les employés du transport en commun», a-t-il dit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!