HALIFAX — Les progressistes-conservateurs de la Nouvelle-Écosse ont publié leur plateforme électorale, qui inclut des engagements de 168,9 millions $ en quatre ans.

Ces dépenses s’ajoutent à un plan d’investissements sur dix ans d’un milliard $ annoncé plus tôt dans la campagne et qui permettra de donner du travail à 10 000 personnes au cours de cette période, selon le chef du parti, Jamie Baillie.

M. Baillie précise que les engagements s’appuient sur le budget déposé le mois dernier par le gouvernement libéral et permettront d’équilibrer les budgets des quatre prochaines années. Des représentants du parti n’ont cependant pas pu indiquer clairement ce qui devrait être coupé pour s’assurer d’atteindre l’équilibre budgétaire.

Sur le plan de l’éducation, les conservateurs promettent d’abroger un projet de loi libéral qui a imposé un règlement salarial aux enseignants et d’utiliser les 20 millions $ mis de côté par les libéraux pour des investissements dans les salles de classe pour embaucher immédiatement davantage d’assistants en éducation, entre autres.

Le parti promet aussi d’élaborer un nouveau protocole d’entente avec les universités afin de ramener les frais de scolarité vers la moyenne nationale.

Parmi les autres promesses clés incluses dans la plateforme, on note des avantages fiscaux pour les entreprises qui créent des emplois et le maintien d’un engagement libéral à élever l’exemption personnelle de base pour les travailleurs gagnant moins de 75 000 $, ce qui se traduirait par une baisse d’impôt pour 500 000 Néo-Écossais.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. La version précédente contenait le mauvais montant pour les engagements du Parti progressiste-conservateur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!