Dave Chidley | La Presse canadienne Elizabeth Wettlaufer

TORONTO — La Presse canadienne a appris que l’ex-infirmière accusée d’avoir tué huit personnes âgées en Ontario devrait plaider coupable aux accusations de meurtre prémédité, jeudi, lors de sa comparution.

Elizabeth Wettlaufer fait face à 14 chefs d’accusation, soit huit de meurtre prémédité, quatre de tentative de meurtre et deux de voies de fait graves.

La police a soutenu que le recours à certains médicaments était en cause. Les faits allégués se seraient déroulés au cours de la dernière décennie dans trois établissements de soins de longue durée où Mme Wettlaufer travaillait comme infirmière, ainsi que dans une résidence privée.

Une source bien au fait du dossier a indiqué à La Presse canadienne que l’accusée allait plaider coupable aux huit chefs de meurtre prémédité jeudi devant un tribunal de Woodstock, en Ontario.

Une déclaration de faits et une vidéo de la confession de Mme Wettlaufer doivent être déposées en cour, a ajouté cette même source.

L’avocat de la défense n’a pas répondu à la demande de commentaire de La Presse canadienne.

Une porte-parole du procureur général de l’Ontario a évoqué des «développements significatifs» à venir jeudi dans cette affaire, mais n’a pas fourni plus de détails.

Le sergent Dave Rektor, de la Police provinciale de l’Ontario, a refusé de commenter. Son corps de police est investi dans l’enquête impliquant plusieurs instances.

L’enquête autour des faits reprochés à Mme Wettlaufer, 49 ans, a commencé en septembre. La police torontoise venait d’apprendre que la femme avait fait certaines révélations dans un hôpital psychiatrique de Toronto. Ce nouvel élément a suscité des inquiétudes, avait alors affirmé une source policière à La Presse canadienne.

En octobre, Mme Wettlaufer a été accusée relativement à la mort de huit résidants d’établissements de soins longue durée de Woodstock et de London où elle a travaillé de 2007 à 2014. Dans ces cas, la police soutient que l’ex-infirmière a utilisé des médicaments afin de tuer ses présumées victimes.

En janvier, six chefs d’accusation additionnels avaient été portés. Des documents de la cour allèguent que l’accusée a donné de l’insuline aux six aînés concernés par ces autres allégations.

Selon le registre de l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario, Mme Wettlaufer a obtenu son droit de pratique en août 1995 et a démissionné le 30 septembre 2016.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!