OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a offert ses condoléances et son appui entier à la première ministre britannique, Theresa May, lors d’un entretien téléphonique lundi, deux jours après l’attentat terroriste qui a secoué Londres.

«Je suis très content (d’avoir parlé) à Theresa May il y a une heure pour partager nos condoléances, mais aussi notre engagement à travailler avec tous nos partenaires internationaux et alliés pour contrer la terreur», a déclaré Justin Trudeau avant la période des questions.

Theresa May a à son tour offert ses condoléances pour la mort de Christine Archibald, la seule victime canadienne, selon le compte-rendu du bureau du premier ministre. En tout, sept personnes ont perdu la vie et une cinquantaine de personnes ont été blessées dans cette attaque revendiquée par le groupe armé État islamique.

Trois assaillants ont renversé des piétons avec une camionnette sur le pont de Londres samedi soir avant de poignarder des passants dans le secteur du Borough Market, à 500 mètres du pont. Ils ont été abattus par la police dans les minutes qui ont suivi.

Il s’agit du troisième attentat en trois mois à survenir dans la capitale britannique.

Menace au Canada ?

Justin Trudeau est demeuré vague sur les mesures de sécurité qui seront mises en place pour les festivités du 1er juillet, se gardant d’indiquer si des mesures supplémentaires seraient prises.

«Nous avons mis sur pied un plan qui évolue constamment pour assurer que tout est fait de la bonne façon pour garder la sécurité des Canadiens à l’avant-plan», a-t-il répondu en fin de journée, lundi.

Des milliers de personnes sont attendues sur la colline du Parlement ce jour-là pour la fête du Canada et le 150e anniversaire de la Confédération. Des célébrations «grandioses» qui demeureront «ouvertes» a assuré le premier ministre.

Le niveau d’alerte de la menace terroriste demeure le même au Canada malgré l’attaque de Londres, a confirmé le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, lundi.

«Nous n’avons pas d’information nous indiquant qu’il faudrait changer le niveau d’alerte», a-t-il expliqué.

Ce niveau est considéré comme modéré depuis l’attentat du 22 octobre 2014 au Parlement, ce qui signifie qu’un attentat terroriste violent pourrait survenir et que des mesures de prévention additionnelles sont déployées. Il est constamment réévalué, a souligné le ministre.

Ralph Goodale promet une collaboration sans faille entre les corps policiers municipaux, provinciaux de même que les agences de sécurité et du renseignement pour que les gens qui se déplaceront à Ottawa puissent célébrer en toute quiétude le 1er juillet.

«Nous ne nous laisserons pas intimider par le genre d’horrible comportement que nous avons vu au Royaume-Uni», a-t-il affirmé.

La mort de Christine Archibald, une Britanno-Colombienne de 30 ans, est triste et tragique, a dit Ralph Goodale, tout en assurant que le Haut-Commissariat du Canada au Royaume-Uni allait prêter main-forte à la famille.

Stabilité à Montréal

Le maire de Montréal Denis Coderre a dit que la métropole n’avait pas augmenté le niveau de sécurité dans la foulée de l’attentat.

«Au niveau québécois et au niveau de Montréal, on est en mode vigilance, on est en mode veille», a-t-il expliqué lors d’une mêlée de presse après son témoignage à la commission Chamberland.

«C’est sûr que là, vous avez des événements, vous voyez qu’il y a la Formule 1 qui s’en vient, on a vécu le Tour de l’île, hier, il y avait 30 000 personnes quand même… C’est sûr qu’il y a un agenda de vigilance continu», a-t-il précisé.

«Le protocole en conséquence s’applique, on est là 24 heures sur 24 pour s’assurer que les choses se passent correctement.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!