Josie Desmarais / Métro Céline Magontier, organisatrice du FRAPRU.

MONTRÉAL — Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a tenu un rassemblement, samedi, devant la résidence du maire de Montréal, Denis Coderre, afin de réclamer la création d’une réserve foncière pour le logement social.

La responsable des dossiers montréalais du FRAPRU soutient que la Ville pourrait ainsi mettre des bâtiments et des terrains à l’abri de la spéculation dans l’attente de l’aboutissement de certains projets. Céline Magontier exhorte les autorités municipales à acquérir des sites publics excédentaires ou même privés, en plus de placer ceux qui lui appartiennent déjà dans cette réserve.

Mme Magontier expose qu’ils pourraient également être convertis en équipements collectifs et communautaires tels que des bibliothèques, des piscines et des centres de la petite enfance.

Le FRAPRU fait état d’au-delà de 102 000 ménages montréalais qui consacrent plus de la moitié de leur revenu à leur loyer. De ce nombre, un sur deux y vouerait même plus de 80 pour cent de leurs rentrées d’argent. L’organisme fait aussi état d’une liste d’attente de 24 000 ménages pour les habitations à loyer modique (HLM) de l’Office municipal de l’habitation de Montréal.

La montée des prix de l’immobilier et les sols contaminés rendent les projets de logements sociaux d’autant plus complexes dans la métropole, a tenu à souligner Céline Magontier, en entrevue téléphonique à La Presse canadienne.

L’organisatrice communautaire réclame également une bonification de l’enveloppe de 3 millions $ du programme triennal d’immobilisations, qu’elle juge nettement insuffisante.

«On constate bien qu’il ne manque que la volonté politique actuellement», a-t-elle déploré.

Le FRAPRU attendait une centaine de protestataires devant la résidence du maire Coderre pour ce rassemblement qui s’inscrivait dans le cadre de sa campagne «À Montréal, le logement social, c’est vital!».

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!