DARRYL DYCK DARRYL DYCK / La Presse Canadienne

VICTORIA — Le discours du Trône présenté par le fragile gouvernement minoritaire de Colombie-Britannique, jeudi, comprenait la promesse de tenir un référendum sur une réforme électorale.

Le discours, prononcé par la lieutenante-gouverneure Judith Guichon, a repris une série de promesses électorales du Parti Vert et du Nouveau Parti démocratique, alors que le gouvernement libéral de Christy Clark sera confronté dans les prochains jours à un vote de confiance qui lui fera vraisemblablement perdre l’appui du Parlement, après 16 ans au pouvoir.

Les plus récentes élections en Colombie-Britannique ont donné lieu au premier gouvernement minoritaire en 65 ans dans la province, après que les libéraux eurent raflé 43 sièges, contre 41 pour le NPD et trois pour les verts.

Jeudi, le gouvernement de Christy Clark s’est engagé à éliminer le péage sur les ponts Port Mann et Golden Ears dans le Grand Vancouver, à abaisser la taxe de vente provinciale et à créer une commission royale sur l’éducation. Le discours du Trône a également repris les grandes lignes déjà connues du programme libéral, soit la bonification des prestations sociales, des investissements dans les garderies subventionnées et l’interdiction des dons de syndicats et d’entreprises à des partis politiques.

Plus tôt jeudi, l’ex-ministre libéral Steve Thomson avait été désigné président de l’Assemblée législative pour ce qui s’annonce comme un court mandat — que certains souhaitent néanmoins prolonger.

Le député de Kelowna-Mission et ancien ministre des Forêts refuse de spéculer sur le vote de confiance à venir et soutient qu’il incombera au prochain gouvernement de déterminer qui lui succédera.

Or, les chefs du Parti vert et du Nouveau Parti démocratique ont chanté les louanges de M. Thomson, jeudi, le décrivant comme un homme intègre. Ils ont suggéré qu’il serait le bienvenu s’il souhaitait conserver ses fonctions sous un gouvernement néo-démocrate.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!