OTTAWA — Le gouvernement fédéral souhaite bâtir un réseau de mentorat pour encourager les Autochtones à investir le domaine de la recherche en santé.

La ministre de la Santé, Jane Philpott, a annoncé mercredi que les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) investiront 8 millions $ sur cinq ans afin «d’accompagner les Premières Nations, les Inuits et les Métis qui souhaitent poursuivre une carrière de recherche en santé».

La création de ce réseau de mentorat pancanadien fait suite à une recommandation de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, qui réclamait que tous les ordres de gouvernement se mobilisent afin de hausser le nombre de professionnels autochtones travaillant dans le secteur de la santé.

La ministre Philpott, qui a procédé à cette annonce à Thunder Bay, en Ontario, mercredi, a déclaré que le financement servirait à encourager la prochaine génération de chercheurs en santé autochtone en leur fournissant des occasions d’apprentissage uniques.

Huit équipes de mentorat seront créées dans les provinces canadiennes, notamment au Québec et dans les provinces de l’Atlantique, et un centre national permettra de coordonner tous ces efforts. Ottawa soutient que le réseau «reposera sur une approche de double regard, qui prône l’unification des systèmes de connaissances autochtones traditionnels et des perspectives occidentales».

«Dans bien des cas, il n’y a pas eu suffisamment de recherche (…) sur les enjeux de santé qui touchent directement les communautés autochtones, a précisé Mme Philpott. Il vaudrait mieux que cette recherche soit menée par ou avec des chercheurs qui comprennent la culture autochtone.»

Encourager les Premières Nations, les Inuits et les Métis à poursuivre une carrière dans le domaine de la santé permettra donc de fournir des soins plus respectueux des particularités culturelles autochtones, a-t-elle ajouté, notant au passage que cela contribuerait aussi à encourager les Autochtones à recourir aux services de soins de santé.

«J’ai entendu tellement de récits horribles de discrimination vécue par des Autochtones lorsqu’ils ont accès aux soins de santé», a soutenu la ministre Philpott en entrevue. C’est d’ailleurs pourquoi, selon elle, la Commission de vérité et réconciliation recommandait que les médecins soient mieux formés sur la culture des Autochtones. Mme Philpott a d’ailleurs souligné les efforts consentis en ce sens par la faculté de médecine du nord de l’Ontario, à Thunder Bay.

Selon la directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones des IRSC, la docteure Carrie Bourassa, cet investissement constitue «un témoignage de reconnaissance à la fois du grand potentiel des chercheurs autochtones en début de carrière et de l’importance de transmettre les connaissances d’une génération à l’autre».

Plus tard mercredi, la ministre Philpott a rencontré les dirigeants de la première nation de Wunnumin Lake, dans le nord-ouest de l’Ontario. Elle a annoncé l’octroi de 500 000 $ pour la planification d’un nouvel établissement de santé, et de 465 000 $ pour la réalisation d’un projet visant à prévenir le suicide dans la communauté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!