HO HO / La Presse Canadienne

NORWAY, Î.-P.-É. — Des experts en mammifères marins ont découpé une baleine noire de 14 mètres, jeudi, sur les berges de l’Île-du-Prince-Édouard, dans l’espoir de découvrir la cause de sa mort et de celle d’au moins cinq autres spécimens de cette espèce menacée ce mois-ci.

La Garde côtière canadienne et des représentants de Pêches et Océans Canada avaient remorqué la baleine à Norway, sur l’Île-du-Prince-Édouard, mercredi.

Les experts souhaitent déterminer si ces récentes morts ont été causées par une collision avec un navire, par de l’équipement de pêche ou par une algue toxique.

Tonya Wimmer, de la Marine Animal Response Society, a précisé que l’on devait procéder rapidement avant que les animaux ne se décomposent davantage, ce qui réduirait la possibilité de trouver la cause de la mort. Selon elle, seul un examen interne pourra confirmer ce qui a tué les baleines.

Jarrett Corke, également de la Marine Animal Response Society, a indiqué que les travailleurs espéraient terminer la nécropsie — une autopsie animale — vendredi.

M. Corke a indiqué que des plans ont été réalisés pour ramener sur les côtes et examiner au moins une autre carcasse.

La tâche pour ces experts n’est pas de tout repos.

«Une fois la nécropsie amorcée, c’est grave. L’odeur est incomparable», a souligné Jarrett Corke.

«Nous avons une excavatrice à côté de la baleine noire qui aide l’équipe en retirant des morceaux de graisse pour exposer certains des organes internes et tissus musculaires. Certains membres de l’équipe sont sur le dessus de l’animal et certains sur les côtés… Ils recherchent toute (forme d’indice), étant donné que nous ignorons la cause de la mort», a-t-il précisé.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!