MONTRÉAL — La Fédération des chambres de commerce du Québec se dit «grandement préoccupée» et s’inquiète des conséquences que le prolongement du conflit entre le gouvernement et ses 1400 ingénieurs pourrait avoir sur l’économie du Québec.

Le président-directeur-général de la Fédération, Stéphane Forget, craint que la poursuite du conflit ait un impact sur de nombreux chantiers.

M. Forget rappelle que l’économie québécoise compte actuellement sur la réalisation de nombreux projets d’infrastructures, notamment en matière de transport, qui contribuent à la mobilité des personnes et des marchandises.

Il presse le syndicat qui représente les ingénieurs et le Conseil du trésor de s’entendre le plus rapidement possible.

Les ingénieurs de l’État ont rejeté à plus de 90 pour cent l’offre salariale «bonifiée» du gouvernement Couillard. Ils menacent maintenant de reprendre leur grève si les négociations continuent de piétiner. Une nouvelle séance de pourparlers aura lieu mardi prochain.

Leur syndicat demande un rattrapage salarial de 20 pour cent sur sept ans, alors que le Conseil du trésor offre 5,25 pour cent sur quatre ans.

Les ingénieurs, qui ont débrayé une première fois ce printemps avant de reculer devant la menace d’une loi spéciale, avaient perturbé plusieurs chantiers.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!