La Colombie-Britannique n’a pas encore demandé l’aide du Québec — ni celle du gouvernement fédéral apparemment — pour combattre les importants incendies de forêt qui sévissent actuellement sur son territoire. Cette province de l’Ouest a déclaré l’état d’urgence, vendredi, en raison de la gravité de la situation.

Plus de 180 brasiers étaient actifs dans la province, samedi, et plusieurs d’entre eux ne sont pas maîtrisés, selon Kevin Skrepnek, du Service de lutte aux incendies de forêt de la Colombie-Britannique. Plus de 2000 pompiers étaient à pied d’oeuvre sur le terrain.

La province a dû décréter l’état d’urgence afin de coordonner les interventions en cas de crise et d’assurer la sécurité publique, selon le ministre des Transports Todd Stone.

Plusieurs milliers de personnes ont dû évacuer leur résidence pendant que les flammes ont détruit des douzaines de bâtiments, dont des maisons. Un avis d’évacuation a donc été diffusé pour les communautés d’Ashcroft, Cache Creek, Princeton, 105 Mile House et 108 Mile House, et plusieurs routes ont été fermées dans la région.

La dernière fois que la Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence, c’était en 2003, également en raison d’incendies de forêt.

Dans un message envoyé sur Twitter, samedi après-midi, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a dit suivre la situation de près et être prêt à intervenir si la province lui demande.

Malgré l’urgence de la situation, la Société de protection des forêts contre le feu (SOFEU) indique ne pas avoir reçu une demande d’intervention de la part de la Colombie-Britannique.

Quand une province sollicite l’aide d’une autre province pour contrer des incendies de forêt sur son territoire, elle doit en faire la demande auprès du Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC), explique une porte-parole de la SOFEU, Émilie Bégin.

«Au Québec, quand nous recevons ce type de demande, nous devons analyser les prévisions météorologiques des 14 prochains jours, analyser également nos prédictions de feux, puis la disponibilité de nos équipes pour vois si nous pouvons répondre à la demande», dit Mme Bégin.

Le temps de déploiement est aussi à prendre en compte, ajoute Mme Bégin, soulignant que les sapeurs-pompiers doivent être envoyés pour une période d’un minimum de deux semaines.

Peu d’incendies de forêt au Québec

Par ailleurs, la SOPFEU remarque que la saison des incendies de forêt est calme cette année au Québec et qu’il s’agit d’une des plus petites saisons.

L’agence affirme que le printemps pluvieux et humide a contribué au nombre restreint de foyers d’incendie.

La saison des incendies de forêt au Québec se déroule normalement de la mi-avril à la mi-juin, selon Mme Bégin.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!