La Presse canadienne Le béluga avait été capturé dans la rivière Népisiguit, au Nouveau-Brunswick.

CACOUNA, Qc — Les scientifiques cherchent des signes d’un jeune béluga dont ils ont perdu le contact il y a quelques jours.

Le béluga, qui fait environ deux mètres de longueur, avait été capturé dans la rivière Népisiguit, au Nouveau-Brunswick — où il était seul — pour être transporté au Québec où il avait été relâché près de Cacouna, dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent.

Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) dit n’avoir reçu aucun signal satellite de l’animal, à qui ils avaient attaché un dispositif de repérage pour suivre ses mouvements, depuis mardi dernier.

Dans un communiqué transmis vendredi, les chercheurs basés à Tadoussac ont dit qu’ils avaient attendu avant de faire leur annonce, «espérant qu’il s’agissait d’un problème temporaire».

Les scientifiques attendent avant de tirer des conclusions de cet incident, mais le décès de l’animal est parmi les hypothèses.

Ils espèrent que le béluga soit toujours vivant, et qu’il ait seulement perdu ou brisé son dispositif.

«Rien n’est joué encore. Si l’animal est toujours vivant, mais que (l’objet) est tombé, il aura laissé une cicatrice sur sa crête dorsale, ce qui nous permettra de l’identifier facilement», a expliqué Robert Michaud, le directeur scientifique.

Le béluga n’était pas en parfaite santé lorsqu’il a été relâché le 15 juin, mais il avait surpris l’équipe en nageant plus de 570 kilomètres dans l’estuaire, où les chercheurs souhaitaient qu’il trouve d’autres membres de son espèce.

La population de bélugas dans le Saint-Laurent est en déclin depuis le début des années 2000. Il y en aurait moins de 900 toujours en vie dans le fleuve.

Le béluga est parmi les espèces en voie de disparition.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!