OTTAWA — Une poursuite alléguant qu’une agence fédérale a constamment approuvé le recours à certains pesticides sans avoir assez d’information sur leurs effets potentiellement dommageables a résisté à une tentative de blocage.

Une Cour fédérale a rejeté les demandes du gouvernement et de quatre entreprises de produits chimiques visant à exclure ce litige des tribunaux.

La coalition de plusieurs organisations environnementales qui a lancé la poursuite soutient que l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) a autorisé l’utilisation de deux pesticide d’usage courant tout en étant incertaine des risques qui y sont liés.

Selon des documents de la cour, l’agence a inscrit ces produits à la liste de ceux pouvant être utilisés et ce, malgré qu’elle eut exprimé des inquiétudes quant à leur toxicité et demandé la tenue d’études sur la question.

Les études réclamées n’ont jamais été menées, malgré la demande exprimée en ce sens pendant 11 ans.

Les produits chimiques en question — des néonicotinoïdes — pourraient contribuer à la dégradation rapide des populations d’abeilles qui sont essentielles à la pollinisation des cultures, selon plusieurs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!