THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

OTTAWA — Le chantier naval Davie, au coeur d’une enquête menée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) concernant le vice-amiral Mark Norman, savourait une douce revanche, jeudi, en inaugurant officiellement le tout nouveau navire de ravitaillement militaire canadien.

Le chantier naval de Lévis, au sud de Québec, a dévoilé fièrement l’«Asterix», un porte-conteneurs européen converti en navire pétrolier ravitailleur intérimaire, pour la Marine royale canadienne.

La cérémonie d’inauguration constitue un jalon important dans ce projet de 700 millions $, alors que les travaux sont pratiquement terminés et que le navire pourrait être remis à son futur locateur dès que les essais en mer seront complétés, vers la fin de l’année.

Pour Alex Vicefield, président d’Inocea, le conglomérat multinational propriétaire de Davie, il s’agit d’une importante victoire pour le chantier de Lévis, qui se bat depuis des années pour obtenir des contrats du gouvernement fédéral. Cela démontre, selon lui, que Davie n’est pas qu’un grand parleur: le chantier naval sait aussi livrer la marchandise et respecter ses promesses.

Le précédent gouvernement conservateur avait accordé le projet à Davie, sans appel d’offres, il y a deux ans. La Marine avait alors dû mettre au rancart plus tôt que prévu ses deux seuls navires de ravitaillement, et les nouveaux ne seraient pas prêts avant 2021. Le vice-amiral Mark Norman était alors commandant de la Marine, et il avait été un ardent partisan de ce scénario de conversion.

Mais en janvier dernier, M. Norman, qui avait été entretemps nommé vice-chef d’état-major de la défense, a été suspendu par son supérieur, sans explication.

Des documents judiciaires ont plus tard révélé que la GRC enquêtait sur des allégations selon lesquelles le vice-amiral avait divulgué à Davie des informations secrètes du cabinet, en novembre 2015. La GRC soutient que M. Norman, furieux de voir le gouvernement libéral nouvellement élu reconsidérer le projet, avait refilé des informations à Davie pour faire pression sur le cabinet. Le gouvernement libéral avait finalement décidé de maintenir le projet.

M. Norman, toujours visé par une suspension, n’a été accusé d’aucun crime. Les allégations contenues dans les documents judiciaires n’ont pas été prouvées en cour, et l’avocat de M. Norman soutient que son client n’a rien à se reprocher.

7000 tonnes de carburant
La Marine ne sera pas propriétaire de l’Asterix: elle louera le navire pendant au moins cinq ans, avec une possibilité de prolonger le bail pendant cinq autres années. L’équipage de l’Asterix sera composé de militaires mais aussi de civils, ce qui est inusité dans la Marine. Le navire de 182,5 mètres de long peut transporter jusqu’à 7000 tonnes de carburant et produire 450 tonnes d’eau potable par jour, précise le chantier naval. Il peut accueillir des hélicoptères et ses deux grues permettent de charger et de décharger des conteneurs accessibles en mer.

«Les 1369 employés de Davie, soutenus par plus de 900 fournisseurs canadiens, ont travaillé pendant près de deux ans dans le but de livrer le navire de soutien militaire de la classe Resolve qui entrera en service au sein de la Marine royale canadienne d’ici la fin de l’année, tel que prévu initialement», indique le chantier naval dans un communiqué.

«Le succès et le coût raisonnable de ce premier navire sont la preuve de ce que le plus grand et le plus ancien constructeur naval possédant la plus importante capacité de production au pays est capable de faire: fournir des navires abordables et de qualité supérieure, et ce, dans un court laps de temps», a soutenu le président Vicefield.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!