Nathan Denette/THE CANADIAN PRESS Jagmeet Singh

OTTAWA — Les députés néo-démocrates à la Chambre des communes pourraient devoir se passer d’un chef permanent sur la colline du Parlement jusqu’aux élections fédérales de 2019 si le député à l’Assemblée législative de l’Ontario, Jagmeet Singh, est élu chef de son parti.

S’il remportait la course à la direction du Nouveau parti démocratique (NPD), en octobre, M. Singh a confié à La Presse canadienne qu’il préférerait renoncer à occuper un siège aux Communes jusqu’aux prochaines élections, deux ans plus tard, pour prendre le temps de rencontrer les Canadiens et de visiter différentes régions du pays.

Jagmeet Singh a passé une grande partie de sa campagne à la direction du NPD à se décrire comme le «candidat de la croissance» dont l’approche rafraîchissante et le manque d’expérience au niveau fédéral attireraient en fin de compte de nombreux partisans chez les néo-démocrates.

La décision de M. Singh n’est pas sans rappeler celle de Jack Layton, qui avait été couronné chef du NPD en 2003, mais qui avait attendu les élections fédérales de l’année suivante pour se présenter.

Jack Layton est mort d’un cancer, peu de temps après avoir mené une campagne électorale marquante en 2011 qui avait élevé le NPD au rang d’opposition officielle pour la première fois de son histoire.

La porte-parole du NPD en matière de commerce international, Tracey Ramsey, une députée qui a donné son appui à M. Singh, a indiqué qu’elle ne voit aucun problème à ce que le prochain chef prenne son temps.

«Je pense que son plan de parcourir le Canada, de construire véritablement notre parti et de parler aux gens dans leurs communautés, est essentiel», a-t-elle déclaré.

Le caucus pourrait facilement trouver un chef intérimaire compétent parmi ses 44 membres afin d’assurer la permanence à Ottawa tandis que M. Singh construit la base du parti, a-t-elle ajouté.

Plus tôt vendredi, neuf députés de l’Assemblée législative de l’Ontario ont donné leur appui à Jagmeet Singh.

Les autres candidats qui souhaitent remplacer Thomas Mulcair à la direction de leur parti sont tous des députés fédéraux: Charlie Angus du nord de l’Ontario, Niki Ashton du Manitoba et Guy Caron du Québec.

Charlie Angus semble avoir le soutien des syndicats, un pilier de longue date du NPD fédéral.

Le président de l’Alliance de la fonction publique du Canada a publié une lettre ouverte cette semaine, appuyée par plusieurs autres chefs syndicaux, affirmant que personne ne doutait de l’engagement de Charlie Angus envers les «valeurs traditionnelles» du parti.

La course pour succéder à Thomas Mulcair comme chef du NPD fédéral achève. Les candidats ont jusqu’à jeudi pour vendre des cartes de membres.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!