JONATHAN HAYWARD

TORONTO — Les autorités à Toronto tentent d’ouvrir partiellement trois sites d’injection supervisée quelques mois avant le moment prévu, en raison de la croissance des surdoses et des décès.

Eileen de Villa, médecin en chef de la Ville de Toronto, a indiqué que des «sites intérimaires d’injection supervisée» seront ouverts dans trois lieux permanents approuvés par Santé Canada jusqu’à ce que des rénovations soient complétées dans les établissements prévus. L’ouverture de ces sites temporaires pourrait survenir d’ici quelques jours.

L’agence de santé publique de Toronto accueillera l’un des sites temporaires. Les deux autres seront situés dans des centres de santé communautaires n’étant pas gérés par la Ville.

Le conseiller municipal Joe Cressy a indiqué que tous les efforts sont faits afin qu’une partie du local, aménagé dans un immeuble appartenant à la Ville, puisse être ouverte au public avant l’échéance prévue cet automne.

Ces efforts ont été annoncés après que des intervenants qui travaillent pour réduire les méfaits liés aux drogues eurent mis sur pied un site d’injection supervisée non autorisé dans un parc du centre-ville de Toronto, indiquant qu’il s’agit d’un besoin alors que la ville est aux prises avec une série de surdoses présumées et avérées.

La semaine dernière, les intervenants chargés de réduire les méfaits liés aux drogues ont mentionné que l’ouverture immédiate de lieux temporaires pour la consommation de drogue supervisée allait sauver des vies en attendant que la Ville termine la construction de ses trois centres d’injection supervisée.

Au début du mois, les autorités municipales ont annoncé qu’elles devanceraient l’ouverture des trois sites en plus d’élargir la distribution du naloxone, l’antidote aux surdoses d’opioïdes, aux travailleurs de la santé publique, aux organismes communautaires et aux premiers répondants.

Elles ont aussi demandé au service de police de considérer la possibilité de confier des doses à certains agents.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!