La Presse Canadienne

EDMONTON — Près de 90 ans après s’être échoué dans les eaux peu profondes de l’Arctique, le navire sur lequel voguait le célèbre explorateur Roald Amundsen lors de sa deuxième expédition polaire est finalement prêt à rentrer chez lui en Norvège — sur une barge.

Le «Maud», construit il y a 100 ans, en 1917, a été remonté du fond de l’océan au large de Cambridge Bay, au Nunavut. Il devrait entamer son périple vers sa terre natale au cours des prochains jours, après six ans d’efforts.

Jan Wanggaard, qui supervise le projet norvégien, affirme que le navire de 40 mètres est relativement en bon état, et repose confortablement sur la barge qui le ramènera à la maison. Seule la glace marine qui encombre toujours le passage du Nord-Ouest retarde maintenant son périple, qui devrait s’amorcer au cours des prochaines semaines, selon M. Wanggaard.

Le «Maud» se rendra d’abord cet été au Groenland, où il passera l’hiver, puis rentrera en Norvège l’an prochain, pour y rejoindre deux autres navires d’Amundsen, le Fram et le Gjoa, dans un musée à Asker, la ville de Norvège voisine de son antique lieu de naissance.

Le «Maud», du nom de la reine de Norvège en 1917, avait été construit spécialement pour Amundsen, premier homme à atteindre le pôle Sud. L’explorateur norvégien a aussi effectué d’importantes expéditions dans l’Arctique canadien, et il a été le premier à franchir le passage du Nord-Ouest, alors mythique.

Amundsen souhaitait miser sur la coque renforcée du «Maud» pour naviguer au pôle Nord sur les glaces mouvantes. Après deux tentatives infructueuses, le navire a finalement été vendu à la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1925. Trois ans plus tard, le «Maud», amarré en eaux peu profondes au large de Cambridge Bay, a coulé au fond, ne laissant voir que des parties de sa coque de chêne pendant des décennies.

En 2015, M. Wanggaard et son équipe ont réussi à renflouer le navire, mais ce ne fut pas sans créer de vagues. Les habitants de Cambridge Bay ont d’abord estimé que le navire devrait demeurer là où il était, même si les Norvégiens en détenaient officiellement la propriété. Le gouvernement canadien a ensuite refusé d’accorder à l’équipe un permis d’exportation. Les Norvégiens ont finalement obtenu le permis par défaut, puisqu’aucune équipe canadienne n’a proposé de plan de sauvetage pour le «Maud».

En juin dernier, le maire d’Asker est venu à Cambridge Bay pour remercier les habitants du Nunavut. Et selon M. Wanggaard, son équipe a tissé de forts liens avec la communauté inuite.

Le principal navire de recherche de la Garde côtière canadienne porte le nom d’Amundsen. Et la goélette St. Roch, de la Gendarmerie royale du Canada, qui a patrouillé dans le Grand Nord au XXe siècle, avait été construite en 1928 sur le modèle du «Maud» de Roald Amundsen.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!