FORT LAUDERDALE, Fla. — L’attente a commencé en Floride samedi alors que les habitants des deux côtes se demandaient où Irma allait finalement frapper le plus durement. L’ouragan semblait avoir changé de trajectoire, et a joué au yo-yo avec des Floridiens qui cherchaient l’endroit où ils seraient le plus en sécurité.

Il était prévu que l’oeil de l’ouragan touche la Floride en matinée dimanche, pour poursuivre sa course vers le nord-ouest.

Samedi après-midi, il y avait encore des curieux sur la plage de Fort Lauderdale, sur la côte est de la Floride, baignée par l’océan Atlantique. Ils se prenaient en photo et venaient voir de leurs propres yeux les premiers signes de l’ouragan avant que cela ne soit trop dangereux.

«Je suis venu avoir un petit goût de l’ouragan», a dit Lou Parker, alors que les vents augmentaient de plus de plus, balayaient la plage et secouaient les voitures.

Carly Jones y était avec sa soeur. Elle a affirmé ne pas avoir peur: l’ouragan passera plus à l’ouest et il sera moins puissant que prévu. «On est d’ici», avance-t-elle pour expliquer son attitude.

Le couvre-feu a été imposé à 16h et la police a chassé les dernières personnes de la plage et des routes. Elles sont pratiquement vides, comme les autoroutes. De rares véhicules circulent encore.

Dans un hôtel tout juste à l’extérieur de la zone évacuée de Fort Lauderdale, les gens commençaient à se détendre un peu, prenant un verre, depuis que les prédictions de la trajectoire de l’ouragan plaçaient son plus dangereux passage à l’ouest, du côté du Golfe du Mexique. Un couple s’est offert une bouteille de champagne.

Puis, en début de soirée samedi, les alertes des téléphones cellulaires des clients se sont mises à sonner l’une après l’autre dans le bar de l’hôtel. Cette fois-ci, pour annoncer des tornades. Les avis ont été décrétés notamment pour Fort Lauderdale et Pompano Beach.

Et le changement de trajectoire prévu a bouleversé les plans de Denise Dumont, rédactrice en chef du journal local «Le Soleil de Floride».

Incapable de trouver un vol pour quitter de Fort Lauderdale, elle avait pris la route pour Tampa — côté Golfe du Mexique — dans la nuit de jeudi à vendredi. Elle s’était procuré des billets d’avion pour dimanche matin afin de quitter l’État.

Rendue sur place, son vol a été annulé. Elle a tenté de demeurer à son hôtel, mais il était plein. Elle a ensuite appris qu’il devait être évacué, se trouvant dans une zone inondable, raconte-t-elle.

Faute de meilleure option, et sur la foi des récentes informations, elle a repris le chemin en sens inverse et est rentrée chez elle à Hollywood Hills.

Elle n’est pas la seule, dit-elle: la route vers le sud était occupée, bien que fluide. L’un de ses collègues des médias est rentré lui aussi dans la grande région de Fort Lauderdale.

«On est heureux d’être ici», a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique de chez elle. Les vents seront moins importants que prévu. «On se sent en paix comparé à ce matin».

Lou Parker, lui, n’a pas voulu bouger de Fort Lauderdale.

L’ouragan sera de la taille de la Floride, a-t-il fait valoir. Où que l’on soit, on va le sentir, juge-t-il.

«On espère que tout ira pour le mieux», a-t-il martelé.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!