JOHN WOODS JOHN WOODS / La Presse Canadienne

WINNIPEG — Les membres du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba ont élu un écrivain autochtone à la tête de leur parti et espèrent que ce nouveau venu en politique parviendra à les ramener au pouvoir dans la province.

Wab Kinew, âgé de 35 ans, a reçu l’appui de la majorité des délégués, samedi, lors du congrès à la direction du parti. Il se mesurait à l’ancien ministre Steve Ashton.

M. Kinew a déclaré devant ses militants qu’il s’agissait d’une «nouvelle époque» pour le NPD et le Manitoba.

Les néo-démocrates choisissaient un remplaçant à l’ancien premier ministre Greg Selinger, qui a démissionné l’année dernière après la défaite du parti au profit des progressistes-conservateurs. Les néo-démocrates régnaient sur la province depuis 17 ans.

Le NPD détient en ce moment 13 des 57 sièges à l’Assemblée législative de la province.

Wab Kinew avait fait face à plusieurs controverses dernièrement concernant des accusations de violence conjugale qui pesaient contre lui, qui avaient finalement été abandonnées en 2004.

La plaignante dans cette affaire, Tara Hart, était sortie dans les médias cette semaine et avait raconté à La Presse canadienne que M. Kinew l’avait «lancée» à travers une pièce de l’appartement où ils vivaient tous les deux. M. Kinew a tout nié.

Wab Kinew a aussi été reconnu coupable d’avoir agressé un chauffeur de taxi et d’avoir conduit avec des facultés affaiblies — des infractions qu’il a commises il y a des dizaines d’années pour lesquelles il a été gracié récemment.

«Je ne suis pas l’homme que j’étais», avait-il déclaré avant le vote avec sa femme, Lisa Monkman, à ses côtés.

«À mes deux fils…soyez meilleur que moi. Soyez de bonnes personnes.»

Son seul adversaire, Steve Ashton, avait utilisé ces révélations pour tenter d’obtenir l’appui des délégués indécis.

«Si Wab Kinew est élu chef, nous courrons le risque que les prochaines élections portent sur Wab Kinew», a écrit l’équipe de campagne de M.Ashton dans un message envoyé aux membres cette semaine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!