HALIFAX — Le gouvernement libéral de la Nouvelle-Écosse promet d’aborder les problèmes de soins de santé, alors que s’ouvre la session d’automne à l’Assemblée législative.

Dans le discours du Trône, le premier lieutenant-gouverneur d’origine acadienne de la province, Arthur LeBlanc, a mentionné jeudi que le gouvernement avait entendu les préoccupations exprimées par les électeurs lors de la campagne électorale printanière au sujet des soins de santé et de la pénurie de médecins.

Le gouvernement reconnaît qu’il faut davantage de soutien en matière de santé mentale, ainsi qu’un meilleur accès aux soins primaires et une réduction des temps d’attente.

Donnant peu de détails, le gouvernement néo-écossais assure qu’il intensifiera ses efforts pour recruter et retenir les professionnels de la santé, y compris les médecins, les infirmières et les cliniciens en santé mentale.

Le discours répète également une promesse d’accorder un modeste répit fiscal à environ 500 000 Néo-Écossais de la classe moyenne.

Selon la mesure envisagée, environ 60 000 personnes n’auraient plus à payer d’impôt provincial sur le revenu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!