FRED CHARTRAND

OTTAWA — La ministre responsable des langues officielles, Mélanie Joly, laisse à la gouverneure générale désignée, Julie Payette, le soin de «s’expliquer» sur son choix de rendre hommage en anglais au groupe Beau Dommage samedi soir lors d’un gala à Toronto.

«Je suis contente qu’elle ait fait la promotion de grands artistes québécois. Je sais qu’elle est particulièrement attachée à Beau Dommage, parce qu’elle a amené un de leurs albums dans l’espace par le passé», a-t-elle offert lundi après-midi.

«Ceci dit, c’est sûr qu’on peut toujours faire mieux en matière de bilinguisme, et j’espère qu’elle va pouvoir s’expliquer à ce sujet», a-t-elle ajouté en mêlée de presse à son entrée pour la période de questions en Chambre.

La future locataire de Rideau Hall a fait l’objet de critiques après qu’elle eut opté pour la langue de Shakespeare pour rendre hommage au groupe francophone qui faisait son entrée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens.

L’auteur-compositeur-interprète Yann Perreault, entre autres, y a réagi en publiant samedi soir sur son compte Twitter un gazouillis accompagné de l’émoticon du pouce pointé vers le bas.

Les porte-parole de l’opposition en matière de langues officielles ont été moins indulgents que Mélanie Joly à l’endroit de Julie Payette, qui deviendra officiellement dans une semaine la 29e gouverneure générale du Canada.

«C’est totalement inacceptable», a tranché François Choquette. L’élu néo-démocrate estime que cette gaffe est en partie attribuable au fait que le gouvernement libéral échoue à envoyer des signaux convaincants que le bilinguisme est vraiment important.

Son collègue au Bloc québécois Mario Beaulieu a été plus incisif.

«C’est vraiment pitoyable, surtout que c’est quelqu’un qui vient du Québec. (…) Mme Payette, en tout cas, cette fois-ci, elle a eu une attitude qui ne reflétait pas un respect dans la langue française du tout», a-t-il affirmé en entrevue.

Le groupe Beau Dommage «est pourtant un fleuron de la chanson québécoise», et saluer sa contribution en anglais, «ça fait dur pas à peu près», a poursuivi le fondateur du Mouvement Montréal français.

Rideau Hall n’a pas pas offert de réaction officielle à cette affaire, lundi. Il semble toutefois que Julie Payette avait accepté de prononcer ce discours avant sa nomination par le premier ministre Justin Trudeau, en juillet dernier, et ce, à la demande du groupe Beau Dommage.

La cérémonie d’assermentation de Julie Payette aura lieu le 2 octobre prochain. La Québécoise âgée de 53 ans, qui a participé à deux missions dans l’espace, en 1999 et en 2009, deviendra la quatrième femme à prendre possession des clés de la résidence.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!