Collaboration spéciale Benjamin Hudon-Barbeau

SAINT-JÉROME, Qc — Une personne peut-elle servir d’arme pour une autre personne? C’est ce qu’avance la Couronne au procès de Benjamin Hudon-Barbeau, accusé de deux meurtres prémédités et de deux tentatives de meurtre, et ce, même s’il est clairement établi que ce n’est pas lui qui a fait feu en direction des victimes.

Benjamin Hudon-Barbeau, 40 ans, est cet homme qui avait réussi une spectaculaire évasion en hélicoptère de la prison de Saint-Jérôme, en mars 2013, avant d’être rapidement retrouvé par les policiers.

Déjà détenu pour d’autres crimes, on l’accuse maintenant des meurtres prémédités de Frédérick Murdock, survenu le 12 octobre 2012 à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, et de Pierre-Paul Fortier, assassiné six jours plus tard, à Saint-Sauveur.

Il est aussi accusé de tentative de meurtre à l’endroit de l’homme d’affaires Vincent Pietrantonio, qui avait survécu à la fusillade qui a coûté la vie à son garde du corps Frédérick Murdock. L’autre victime de tentative de meurtre, survenue le 29 septembre, ne peut être nommée en vertu d’une ordonnance du tribunal.

Un présumé complice de Hudon-Barbeau, Ryan Wolfson, a déjà été reconnu coupable du meurtre de Frédérick Murdock et des tentatives de meurtres à l’endroit de M. Pietrantonio et de la deuxième victime.

Wolfson, qui était aussi accusé du meurtre de Pierre-Paul Fortier, a été libéré de cette accusation en avril dernier après que son avocat eut invoqué des délais déraisonnables en vertu de l’arrêt Jordan de la Cour suprême.

Les procès ont déterminé que Ryan Wolfson était le tireur, mais les accusations envers Benjamin Hudon-Barbeau émanent du fait qu’il aurait commandé les assassinats.

«Wolfson a été l’arme de Benjamin Hudon-Barbeau», a affirmé le procureur Steve Baribeau en prononçant son exposé d’ouverture aux membres du jury.

«Ryan Wolfson a fait feu sur l’ensemble des victimes», a soutenu le juriste en expliquant qu’il agissait pour le compte de l’accusé.

Benjamin Hudon-Barbeau a déjà été considéré comme un proche des Hells Angels. Arrêté en marge de la vaste opération SharQc menée contre les Hells Angels, il était au nombre des 31 suspects qui avaient ensuite été libérés sans procès en 2011 par le juge James Brunton, pour cause de délais déraisonnables.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!