Archives/TC Media

CAP-CHAT, Qc — Une tragédie a frappé la petite municipalité gaspésienne de Cap-Chat, tôt ce matin, où une femme et ses deux nourrissons ont péri dans un incendie.

Le décès de la femme de 37 ans et de ses jumelles âgées d’à peine un an a été constaté à l’hôpital, rapporte la Sûreté du Québec.

Les services d’urgence ont été alertés vers 4 h du matin de l’incendie qui s’est déclaré dans une habitation à loyer modique de la rue des Écoliers.

Une dizaine de voisins ont dû être évacués, mais aucun d’entre eux n’a été blessé, précise la porte-parole de la SQ, Hélène Nepton.

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec cherche à déterminer les circonstances du drame.

Le maire de la municipalité de quelque 2500 habitants, Judes Landry, connaissait la victime «de vue».

«On pense des fois que ça n’arrive qu’ailleurs», a-t-il lancé en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

«C’est toujours triste quand ça arrive dans une petite communauté comme nous autres, a-t-il souligné. Tout le monde se connaît.»

Le préposé à l’entretien pour l’Office municipal d’habitation Laurent Dumont indique que les évacués ont rapidement pu réintégrer leur logement.

Le chef de brigade des pompiers de Cap-Chat, Carol Dugas, indique qu’une vingtaine de ses hommes ont été déployés sur les lieux avant l’aube.

«On a constaté que le bâtiment était sous pression, il y avait beaucoup de fumée à l’intérieur et les flammes sortaient à l’arrière, raconte-t-il. On a trouvé un corps inanimé en rentrant et les deux enfants par la suite.»

M. Dugas rapporte que cette découverte a ébranlé les pompiers, qui ont eu droit à soutien psychosocial sur place.

Il estime qu’une heure s’est écoulée avant que son équipe ne maîtrise l’incendie.

Il signale que le détecteur de fumée avait été retiré du logement.

«On n’en a trouvé aucun à l’intérieur. C’est un bâtiment de l’Office municipal, il en est fourni (sic) par l’Office», a-t-il souligné.

Des autopsies devraient être réalisées cette semaine, à la demande du coroner, au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!