TORONTO — Une Canadienne d’origine japonaise ayant survécu au bombardement d’Hiroshima lors de la Deuxième Guerre mondiale ira chercher le prix Nobel de la paix au nom de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN).

Setsuko Thurlow, âgée de 85 ans, n’avait que 13 ans lorsqu’elle habitait Hiroshima et que les États-Unis ont largué la première de deux bombes nucléaires sur le Japon.

Setsuko Thurlow a épousé un Canadien et le couple s’est installé à Toronto dans les années 1950.

Elle accompagnera la directrice générale de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, Beatrice Fihn, à Oslo, en Norvège, pour recevoir le Nobel de la paix en décembre prochain.

Selon l’ICAN, Mme Thurlow a été une figure de proue de la campagne depuis son lancement en 2007.

L’organisation précise qu’elle a joué un rôle crucial dans les démarches effectuées auprès de l’Organisation des Nations unies pour la modification d’un traité historique qui proscrit les armes nucléaires.

Setsuko Thurlow a combattu les armes nucléaires tout au long de sa vie et a déclaré par voie de communiqué, jeudi, qu’elle accepte avec une «grande humilité» cette invitation à la cérémonie du prix Nobel.

«Cela a été un grand privilège de travailler avec autant de militants passionnés et inspirants d’ICAN à travers le monde au cours de la dernière décennie. Le prix Nobel de la paix est un puissant outil que nous pouvons maintenant utiliser pour promouvoir notre cause», a-t-elle souligné.

L’Académie suédoise a indiqué, plus tôt cette année, qu’elle voulait récompenser l’ICAN pour avoir attiré l’attention mondiale sur «les conséquences humanitaires catastrophiques de toute utilisation d’armes nucléaires et pour son travail révolutionnaire qui a permis de rédiger un traité sur l’interdiction de telles armes».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!