MONTRÉAL — Sans convention collective depuis plus de deux ans, les sages-femmes ont manifesté lundi à l’extérieur de l’hôtel où prenait la parole le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour déplorer la lenteur de leur négociation.

«Il n’y a rien qui avance. Et c’est ça qu’on est venu dire à monsieur Barrette aujourd’hui; on lui pose la question: pourquoi rien n’avance après plus de deux ans? Nous, on avait une négociation éclair en tête. On avait ciblé neuf demandes très simples, très raisonnables. Ça fait plus de deux ans et on n’a même pas commencé à parler du coeur de nos demandes», a critiqué au cours d’une entrevue Marie-Pier Mainville, membre du comité de négociation du Regroupement Les sages-femmes du Québec.

Les 200 sages-femmes qui travaillent dans les 11 maisons des naissances revendiquent principalement une bonification de leur prime pour être de garde.

Selon Mme Mainville, les sages-femmes touchent entre 1,75 $ et 2 $ l’heure pour cette garde. «Les sages-femmes sont de garde pour leurs clientes 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Il faut que ça soit valorisé pour que ça puisse continuer.»

Elles veulent obtenir la parité à ce chapitre avec leurs consoeurs des autres provinces.

Elles revendiquent également des garanties, dans l’entente avec Québec, pour certaines conditions qui ont été obtenues pour les sages-femmes qui exercent dans le Grand Nord. Leurs demandes ont aussi trait aux frais de déplacement.

Le ministre réplique

Interrogé à son tour, le ministre Barrette a dit que les sages-femmes devraient accepter de rendre des comptes, comme les médecins et les autres travailleurs du réseau de la santé.

«Elles ont une négociation qui à mon sens va bien, de façon générale, mais les négociations butent sur un principe très simple et malheureux: les sages-femmes ne veulent pas participer à une reddition de comptes suffisante. Actuellement, les sages-femmes voudraient qu’on soit aveugle à ce qu’elles font. On ne peut pas, nous, négocier des sous sans avoir de reddition de comptes. Et c’est ce qui achoppe», a-t-il résumé.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux assure que malgré le temps qui passe, il est ouvert à négocier avec les sages-femmes.

«On est tout à fait prêt à négocier sans aucun problème sur les différents sujets qu’elles abordent, mais ça doit inclure la reddition de comptes. Pas de reddition de comptes, c’est sûr que la négociation ne va pas à la vitesse de la lumière», a-t-il conclu.

Le Conseil central du Montréal métropolitain et la Fédération des professionnels de la CSN étaient présents pour soutenir le Regroupement Les sages-femmes du Québec.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!