MONTRÉAL — La grève de 6000 employés d’entretien ménager dans des édifices publics de Montréal, Gatineau et Trois-Rivières, qui devait avoir lieu à compter de mardi soir, a finalement pu être évitée. Une entente de principe est intervenue entre les parties.

La section locale 800 de l’Union des employés de service, affiliée à la FTQ, a confirmé l’information mardi après-midi.

Ces 6000 travailleurs, souvent des personnes immigrantes, sont affectés à l’entretien ménager d’édifices à bureaux ou de centres commerciaux, par exemple. Ils sont couverts par ce qu’on appelle le décret de Montréal, qui tient lieu de convention collective et qui couvre un vaste territoire comprenant non seulement Montréal, mais aussi l’ouest jusqu’à Gatineau et l’est jusqu’à Trois-Rivières.

Bien que des progrès avaient été réalisés aux tables de négociation, vendredi le syndicat avait lancé un mot d’ordre de grève pour mardi à 23h59. Depuis, les parties ont négocié sans relâche et elles en sont venues à une entente de principe.

Comme il est de coutume en pareilles circonstances, les détails de cette entente de principe n’ont pas été révélés, le syndicat préférant en garder la primeur pour ses membres, qui auront à l’étudier.

La section locale 800 de l’Union des employés de service a tout de même fait savoir qu’elle recommandera à ses membres d’entériner l’entente de principe qui a été conclue avec l’association des employeurs. Elle a précisé que des gains avaient été faits, tant au plan des clauses monétaires que normatives.

Le syndicat cherchait notamment à limiter les transferts d’employés d’un édifice à l’autre au-delà d’un certain nombre de kilomètres.

Une assemblée générale des membres du syndicat, pour prendre connaissance du contenu de l’entente de principe et voter, doit avoir lieu le 10 décembre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!