OTTAWA — Voici quelques citations qui ont émaillé la journée de mardi, alors que le premier ministre Justin Trudeau a présenté les excuses du gouvernement à la communauté LGBTQ2 dans un discours à la Chambre des communes.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

«Pour l’oppression et le rejet systémiques commandités par l’État, nous sommes désolés. Pour la suppression des valeurs et croyances bi-spirituelles autochtones, nous sommes désolés. Pour avoir abusé du pouvoir de la loi en faisant des criminels de nos citoyens, nous sommes désolés. Pour la censure du gouvernement et les tentatives successives visant à vous empêcher de bâtir vos communautés. Pour vous avoir refusé l’égalité et vous avoir forcés à lutter constamment pour cette égalité, et ce, souvent à un coût élevé. Pour vous avoir forcés à vivre à l’écart, pour vous avoir rendus invisibles et pour vous avoir humiliés — Nous sommes profondément désolés. Nous avions tort.»

«Aux enfants qui écoutent chez eux et qui craignent d’être rejetés à cause de leur orientation sexuelle, de leur identité ou expression de genre, et à tous ceux qui sont inquiets ou effrayés, mais qui ont hâte de découvrir ce que l’avenir leur réserve: chacun d’entre nous mérite d’être aimé et a le droit d’être respecté. Que vous découvriez votre propre vérité à 6 ou à 16 ou à 60 ans, la personne que vous êtes est légitime.»

(excuses officielles présentées en Chambre)

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada

«Notre stupidité, notre aveuglement et notre ignorance ont nui à notre société, tout en provoquant de réelles injustices et une douleur persistante aux gens qui n’avaient rien fait de mal et qui voulaient servir notre pays.»

«Certains pourraient se demander si les excuses sont importantes. Je veux dire clairement que je sais qu’elles sont importantes. Elles sont importantes pour les gens qui ont souffert de l’injustice, elles sont importantes pour les familles de ceux qui sont morts et qui n’ont jamais pu entendre ces excuses. Elles sont importantes pour tous les Canadiens qui voient que nous reconnaissons avoir lésé nos citoyens et que (nous nous engageons) à ne plus jamais le faire.»

(extraits du discours en Chambre)

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

«Pour ceux qui défendent notre pays, les accusations du gouvernement quant à leur vie personnelle ont été rendues plus injurieuses par l’insinuation qu’ils agissaient contre les intérêts du pays même pour lequel ils se dévouaient. Ce genre d’insulte est difficile à imaginer et impossible à mesurer.»

«Nous devons avoir une discussion honnête avec les gens qui ont subi la terrible campagne visant à exposer et à humilier les personnes LGBT dans la fonction publique. Dans ce pays, nous déplorons et condamnons l’injustice envers les innocents, les opprimés, et les persécutés.»

(extraits du discours en Chambre)

Guy Caron, chef parlementaire du NPD

«Il est plus que temps de reconnaître que la carrière et la vie de plusieurs milliers de Canadiens ont été ruinées, pas seulement par la discrimination, l’homophobie et la transphobie endémiques du passé, mais aussi par des politiques et des campagnes gouvernementales qui montraient du doigt des membres de la communauté LGBTQ afin de les persécuter.»

«Et oui, les excuses sont en soi une forme de justice. Les néo-démocrates sont heureux que celles-ci aient été prononcées par le premier ministre aujourd’hui et consignées dans le compte-rendu de la Chambre des communes.»

(extraits du discours en Chambre)

Monique Pauzé, députée du Bloc québécois

«C’est essentiel d’envoyer un message fort en tant que parlementaires, parce qu’à travers le monde se dessinent des vagues de fond d’intolérance qu’il nous faut combattre ensemble. Face à une extrême droite de plus en plus revendicatrice, de plus en plus près du pouvoir, de plus en plus près de nous, nous devons nous présenter clairement en alliés dans le camp de l’égalité pour toutes et tous. Face à l’influence grandissante de courants religieux doctrinaires dans les affaires des États, nous devons nous présenter clairement alliés dans le camp de l’égalité pour toutes et tous.»

(extrait du discours en Chambre)

Seamus O’Regan, député libéral ouvertement homosexuel

«Nous ne sommes pas des citoyens de seconde classe. Notre amour brille aux yeux de nos familles, de nos communautés, et aujourd’hui, de notre pays. Ces excuses donnent de la force. De la force pour les jeunes qui, Dieu j’espère, ne connaîtront jamais la honte de vivre dans un pays qui vous considère inopportun.»

(en conférence de presse après les excuses)

Jonathan Vance, chef d’état major de la Défense

«Malheureusement, il n’y a pas si longtemps, nos Forces armées canadiennes étaient sur un chemin différent. Nous avons espionné, interrogé et poursuivi au criminel nos propres gens. Nous avons placé des amis les uns contre les autres pour qu’ils poursuivent leur propre carrière. Nous les avons dépouillés de leur dignité avant de ruiner leur gagne-pain. De plusieurs façons, les membres de la communauté LGBTQ2 méritaient davantage le privilège de servir que plusieurs d’entre nous. Ils se sont engagés à servir le Canada en portant l’uniforme, même s’ils savaient qu’ils pourraient être persécutés en étant eux-mêmes. Cela a pris du courage, mais en tant qu’institution, nous ne l’avons pas reconnu et nous ne les avons pas défendus.»

«Au nom des Forces armées canadiennes, je suis profondément désolé que vous tous ayez fait l’objet d’enquêtes, en plus d’avoir été accusés ou congédiés de l’armée en raison de votre orientation sexuelle. Vous nous avez montré l’honneur et le dévouement, et nous vous avons montré la porte.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!