EDMONTON — Un juge qui entend la demande d’un syndicat qui souhaite obtenir une injonction visant à empêcher Suncor de soumettre ces employés à des tests aléatoires sur les drogues rendra sa décision jeudi prochain.

Selon la section locale 707-A d’Unifor, ce genre de test enfreint le droit à la vie privée.

Le syndicat affirme que Suncor possède déjà un programme de dépistage pour les travailleurs ayant été mêlés à des accidents ou à propos desquels Suncor a un doute raisonnable.

Suncor, de Calgary, a déclaré que des tests aléatoires sont nécessaires pour renforcer la sécurité sur ses chantiers, notamment dans les installations de sables bitumineux du nord-est de l’Alberta.

Suncor et Unifor s’affrontent au sujet des tests de dépistage d’alcool et de drogues aléatoires en milieu de travail depuis 2012, moment où l’entreprise a décidé de tester certains de ses employés occupant des postes critiques pour la sécurité.

Unifor dit avoir également demandé l’autorisation d’interjeter appel auprès du plus haut tribunal du pays d’une décision rendue par la Cour d’appel de l’Alberta en septembre qui était favorable au géant du secteur de l’énergie.

Le président de la section locale 707-A d’Unifor, Ken Smith, a déclaré que l’affaire pourrait créer un précédent pour d’autres lieux de travail.

«Le dépistage aléatoire des drogues chez les travailleurs qui n’ont rien fait de mal est une violation de leurs droits fondamentaux», a déclaré M. Smith dans un communiqué.

«Nous travaillerons avec Suncor pour atteindre les plus hauts niveaux possible de sécurité au travail grâce à l’éducation et à la prévention, mais nous refusons ces procédures médicales invasives.»

Les représentants de Suncor (TSX: SU) n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!